Poème d’octobre 2021 (Ko Un)

Chant d’automne

I

Parler – quelle tristesse
la terre au clair de lune a été œuvre d’art
elle fut vraiment une œuvre d’art

j’ai mille fois parlé
par mes regards aveugles
j’ai mille fois dit l’existence, le vide, et ma supplication
le Bouddha, yeux entrouverts, m’a-t-il entendu ?

automne, pourquoi emmènes-tu mon âme vers cette religion
qui ne console personne ?
que veux-tu que je lui dise encore ?

j’ai mille fois parlé

les branches défeuillées, je les observe de loin
puis je ferme les yeux
le Bouddha, yeux toujours entrouverts, est-il encore là
pour m’obliger à prier ?

je fus un être de mensonge

(Ko Un, Sous un poirier sauvage, Traduit du coréen , par Han Daekyun et Gilles Cyr)

Publié dans Berlin, Circé, Non classé | Commentaires fermés sur Poème d’octobre 2021 (Ko Un)