L’hypocrisie de la poste

Cet après-midi : un camion de 38 Tonnes. Vient de Raja pour cinq paquets de ramettes.
Cinq minutes  après. Une camionnette ramène de Raja une enveloppe A3 : deux piles !

R.I.P. Jean Paul Archie.
Jan Philipp Reemtsma : c’est son  70ème anniversaire.

***

Le Pape a des souvenirs  ! Il se souvient de  l’Holodomor ! Pourquoi la Russie n’a-t-elle pas eu son Tribunal de Nuremberg  ?

 

 

***

Premier dimanche de l’Avent (à Berlin).

ttt – titel thesen temperamente : Emission culturelle de l’ARD : Le théâtre se porte très mal en Allemagne. J’irai voir le  spectacle de Luk Perceval : l’adaptation du roman de de Lion Feuchtwanger: Exil.

***

Die Buchpreise steigen: Händlern gefällt das (Buchhändler)

***

EILMELDUNG: Dies ist eine Probewarnung am bundesweiten Warntag 2022. Es besteht keine Gefahr für die Bevölkerung.
Bundesweiter Warntag 2022: Die Probewarnung ist beendet. Es bestand keine Gefahr für die Bevölkerung.
Le sirènes n’ont pas hurlé, les smartphones n’ont pas fait de bruit !!!

Bio-Weihnachtsbaum !

****

En 1922, alors que les artistes russes fuyaient l’Union soviétique nouvellement formée pour aller à Berlin, George Grosz a fait le voyage dans la direction opposée, à Moscou. Il y aurait même, dit-on,  rencontré Lénine. L’année suivante, il quitte le KPD.

***

Jeanne Dielman… de Chantal Akerman est considéré comme le plus grand film des 100 dernières années. Etonnant ?! Oui ! Mais c’est un chef d’œuvre. Chantal Akerman était venue à Stasbourg le présenter. Avant c’était Citizen Kane et Vertigo  (Sight and Sound).

****

Le Point : Rattrapés par les verdicts électoraux, les politiques ne font plus l’autruche sur la question migratoire. L’échec de l’intégration, lui, reste sous le tapis.

***

Le Point : «Un an déjà qu’Olaf Scholz a remplacé Angela Merkel à la chancellerie. Un anniversaire morose. L’hiver est froid et brumeux. La guerre fait rage à quelques encablures de Berlin. La facture de chauffage a doublé. L’inflation a dégonflé les porte-monnaie. Le virus du Covid est revenu en force. Les Allemands sont inquiets. »(Pascale Hughes)

 

***

Troisième dimanche de l’Avent. (Belval)

Les douleurs : TMS !

***

« Vous vous êtes mis au vélo.
Vous mangez moins de steaks.
Vous choisissez des vêtements faits en Europe.
Vous vous réveillez la nuit pour débrancher la box.
Et si votre nouvel éco-geste,
c’était de choisir
La POSTE pour vos livraisons ? »

La boîte de pub de la Poste est exécrable !!

***

Où trouver des Stollen (à Berlin) : Bäckerei Anke Siebert (Schönfließer Str. 12, 10439 Prenzlauer Berg): Mohnstolle, Butterstolle

***

Pour deux semaines : j’étais H. S. le médecin m’avait dit:  c’est comme un marathonien, qui n’a pas couru durant deux ans et qui se mets à recourir…Mal aux muscles. Très mal.

***

Chez  Grisebach, l’enchère la plus importante depuis qu’ils existent  : Max Beckmann et son « Autoportrait en jaune et rose». Acheté par Würth, l’Empereur de l’écrou et de la vis !! Würth qui est devenu un sponsor du Festival de Salzburg.

***

Ce matin Pascal Brukner sur Radio Classique : « wishful thinking ».Pourquoi toujours l’anglais ? « vœu pieux ». D’ailleurs ce n’est pas tout à fait une traduction.

 

***

 

« Une bonne année après la fin de son mandat de chancelière, l’héritage politique d’Angela Merkel est en ruine – du moins en ce qui concerne sa politique russe. La guerre d’anéantissement russe contre l’Ukraine a horriblement détruit leur stratégie d’enfermement du Kremlin par le « dialogue » et l’implication dans des formats de négociation. L’Ukraine en subit les terribles conséquences . Mais l’approche stratégique ratée de Merkel – soutenue par la quasi-totalité de l’élite politique allemande – a également de graves conséquences pour l’économie et la société allemandes. Elle se venge maintenant de son adhésion rigide à la dépendance énergétique vis-à-vis de la Russie, causée par le projet de gazoduc Nord Stream 2 , qu’elle a soutenu jusqu’au boutdevrait même être renforcé.

Mais l’ex-chancelière refuse toujours d’ admettre son échec – et encore moins de regretter ses fatales erreurs de jugement en matière de politique de sécurité. Ce qui est encore plus irritant que son manque d’autocritique, c’est l’indifférence émotionnelle avec laquelle elle semble accepter les horreurs de l’agression russe. Après tout, même des compagnons politiques qui critiquaient sa politique de douceur envers la Russie lui avaient toujours attesté que le sort de l’Ukraine était très important pour elle personnellement. » (Extrait du blog de Richard Herzinger)

 

 

***

De Tomasz Rózycki :

Quand commencerons-nous à lire comme les Occidentaux ?
De la boue et de l’ennui, de la salive et de la peur des ennemis,
des os extraits du sable et de la chaux vive volée,
nous avons attaché un golem. Rien ne lui suffit –

une part d’œufs et de vodka, un siège au poulailler,
des visites mensuelles de vierges et d’écoliers.
Il nous harcèle pendant la cuisine, fait irruption dans la chambre,
haletant, soufflant, grognant, mais il ne peut pas prononcer

un seul mot. Il est sans voix, mis en mouvement
par un code complexe de lettres, aujourd’hui inconnu,
oublié avec les règles d’orthographe dans la
crise constante de l’éducation, les pénuries et le manque

de sujets humanistes. Car qui peut façonner
une chaîne de signes pour que même un pistolet en papier enroulé
puisse ouvrir le feu, abattre le fantôme
avec un son explosif, un flash de mètre ?

 

***

 

Une pluie soudaine à Bologne qui se déverse
littéralement comme une tempête sur la mer glaciale du
nord. A peine une goutte et ça dévaste instantanément
le plan sur le visage d’un touriste,

sillonne avec adresse la carte jusque-là cachée
de la patrie : coupes rases, pâturages, étendues arides,
un front d’orage gonflé qui se profile au-dessus de l’atlas,
un tracteur de sauvetage coincé jusqu’à son essieu.

Les jambes d’une fille qui se trouve
par hasard s’abriter sous cette même colonnade
— du haut de son genou une goutte admire la cascade de la jambe,
une longue-vue envoyée du ciel par notre grand voyeur.

La goutte reflète ce qu’il demande au monde, le
tout se déroulant dans une danse sous les étoiles,
mais seulement brièvement — selon les lois de la gravité,
les marguerites attendent la goutte avec impatience.

 

***

De Adam Zagajewski : Saint Jacques de Compostelle

Bruine légère comme si l’Atlantique
examinait sa conscience
Novembre ne fait plus semblant
La pluie a éteint ses feux de joie et ses étincelles
Santiago est la capitale secrète de l’Espagne
Des patrouilles arrivent jour et nuit Des
pèlerins errent dans ses rues, épuisés
ou avides, comme de simples touristes
Une femme assise près de la cathédrale
Elle s’est penchée sur son sac à dos et sanglotait
Le pèlerinage est terminé
Où ira-t-elle maintenant
Les cathédrales ne sont que des pierres Les
pierres ne savent pas bouger
Le soir approche
et l’hiver

 

***

RIP. Benoît XVI. Jusqu’en 1968 : libéral. Après 1968 : conservateur à tout crin. Un peu comme Ricoeur : à Nanterre. «Les cathédrales ne sont que des pierres Les / pierres ne savent pas bouger ». J’avais appris son retrait sur mon smartphone. Je me rappelle avoir déjeuné ce jour là avec un jésuite à qui je dis : son acte le plus intelligent était son retrait : il a bousillé le cléricalisme ! [pas tout à fait…]

***

Le poutinisme est quelque chose de nouveau que vous ne pouvez pas vraiment décrire avec des termes comme autocratie, oligarchie ou fascisme, déclare l’historien d’Europe de l’Est Karl Schlögel dans une interview avec la SZ . Beaucoup de choses se rejoignent : « Traiter du fascisme et du national-socialisme par rapport au système russe est instructif, mais les analogies ne sont pas tout à fait appropriées car vous avez affaire à quelque chose de spécifique et de nouveau dont vous avez encore les termes. Il est frappant que dans cette discussion la ligne russo-soviétique-stalinienne, l’héritage spécifiquement russe n’apparait pas. Mais comment cela peut-il être caché pour une Russie post-soviétique ? Le poutinisme puise dans son propre fond historique. Des pratiques bien connues sont réactivées : procès-spectacles , autocritique forcée, assassinats ciblés, dénonciation déchainée contre les « ennemis du peuple » et les « agents étrangers », torture et système des camps . Même la mobilisation a suivi d’anciens schémas. Déportations massives , réinstallations, ce que les nazis appelaient jadis ‘Umvolkung’.”

 

***

 

La rentrée littéraire marquée par la hausse des prix. La hausse des coûts, notamment du papier, a provoqué cette augmentation. Dans ces conditions, les livres qui s’en sortent le mieux sont ceux des auteurs les plus célèbres.

Dans Libé : « Lors de la mobilisation prévue ce jeudi 5 janvier, les médecins libéraux défendront la consultation à 50 euros en s’appuyant sur des comparaisons avec les tarifs des autres pays européens.» C’est une comparaison stupide !

***

Benoît XVI : « Systémique » est un mot qu’il ne comprenait pas (Marie-Jo Thiel).

 

***

R.I.P. Charles Simic.

***

Dans une interview avec Claudia von Salzen du Tagesspiegel , Karl Schlögel répond, entre autres, au professeur de droit Reinhard Merkel, qui a affirmé dans un texte de la FAZ très controversé que l’Ukraine a l’obligation morale de faire des concessions à l’attaquant  :« Merkel ne sait évidemment rien de l’Ukraine. Il prétend que la situation en Crimée est apaisée. Cet homme n’a aucune idée de ce qui s’est passé en Crimée – il y a eu un échange de population, les Ukrainiens qui y vivent encore sont opprimés. Le fait que la Crimée soit désormais un territoire russe légitime une fois de plus la violation du droit international. » Reinhard Merkel finit par la thèse outrancière selon laquelle la restauration de l’intégrité territoriale de l’Ukraine équivaut à une attaque contre la Russie. C’est un renversement du rôle de la victime !

Est-ce qu’il y a des universitaires qui pensent cela en France ? C’est fou !Si,si : Emmanuel Todd.

***

Timothy Snyder : « Cela ne signifie pas la politique génocidaire avec laquelle la Russie mène une action militaire contre l’Ukraine (…), mais l’eugénisme russe comme une tentative d’élever un ‘peuple’ russe ‘plus sain’ par la lutte. Lorsque la guerre a éclaté, une grande partie de l’intelligentsia et de la bourgeoisie russes ont quitté la Russie. “Du point de vue de Poutine, il s’agissait d’un ‘auto-nettoyage’ nécessaire, la Russie ‘crachant’ les traîtres (comme il l’a dit) comme des insectes.» De plus, les détenus sont envoyés se battre pour mourir, poursuit Snyder : « Une autre mesure de politique raciale fait plus que compenser cela. C’est le ramassage systématique des femmes et des enfants ukrainiens et leur déportation vers les vastes étendues de la Russie. Environ trois millions de personnes ont été déportées des XIXe et XXe siècles, dont un nombre impressionnant de jeunes femmes et d’enfants. Au moins 200 000 femmes et jusqu’à 700 000 enfants ont été déportés de force vers la Russie. (A titre de comparaison : l’Allemagne nazie a déporté environ 200 000 Polonais enfants pendant toute la Seconde Guerre mondiale dans le but de l’assimilation.) La logique derrière cela est que les femmes ukrainiennes devront épouser des hommes russes et que les enfants grandiront en tant que Russes. »

***

Dans la SZ, Léonardo Kahn s’interroge sur le déséquilibre des rapports entre littératures allemande et française : environ 1 300 romans français traduits en allemand s’opposent à environ 500 romans allemands traduits en français. Une expression de mépris ? Kahn a demandé à Nicolas Weill, qui est responsable de la littérature allemande au Monde, et à Johanna Links, qui lit des romans français pour Aufbau, et a découvert : “La France dépense plus d’argent pour commercialiser sa culture à l’étranger, qui jouit de prix littéraires français à l’international bien plus réputés. ” Le prix Büchner, en revanche, “n’a pas le même attrait. La suggestion de Johanna Link : ‘Peut-être devrions-nous nous efforcer davantage de commercialiser nos prix à l’extérieur à l’avenir.’ Chose intéressante, Nicolas Weill déconseille instamment cela : Les Allemands, dit-il, n’ont pas conscience de leur chance de pouvoir se passer de prix littéraires pompeux. Les Allemands traduiraient environ huit fois plus de livres en français qu’à partir de l’arabe.”

Y a une phrase que j’aimerai bien décortiquer : l’avant -dernière [Chose intéressante… pompeux]. Est-ce que les journalistes ne participent pas à la grande fête des prix ! ?

***

« Certaines décisions prises par le ministère Lang méritent un bilan plus affiné en positif et en négatif. Il en est ainsi du prix unique du livre dont, in fine, les grandes surfaces ont été les principales bénéficiaires. Pas de conseil à assurer, promotions concentrée sur les succès commerciaux, remises maximales des distributeurs et interdiction d’en faire bénéficier le consommateur. Un régal pour les hypermarchés » (Roselyne Bachelot, 682 jours, p. 183)
Passé au Centre Culturel de XX. Ils venaient d’avoir un Haut Fonctionnaire du CNL qui leur a fait le topo sur la Loi sur le prix unique du livre qui est la trouvaille de l’équipe Lang et qui leur a conseillé d’utiliser cette Loi! La Loi -Totem !
Le Haut Fonctionnaire du CNL ne pense pas la même chose que son Ministre. Moi je pense comme son Ministre. Est-ce que c’est encore l’effet de la loi Totem Lang ? Je ne crois pas. Je crois que l’on refuse de  “penser” tout simplement.
Il y a quelque temps je rencontre le Secrétaire Général du CNL. Il me dit : on a failli ne pas vous donner de subvention parce que vous écrivez n’importe quoi sur vos demandes de subventions : vous écrivez  que le prix de votre livre serait le même avec une subvention et sans subvention. Je lui ai répondu que OUI et je lui ai expliqué pourquoi. Je crois que c’est le même refus de penser qui est en jeu. C’était la dernière fois que ces questions apparaissent sur les formulaires de demande d’aide. Merci à Françoise Pasquier !

***

SZ : Strack-Zimmermann nennt Scholz’ Kommunikation “Katastrophe”.

***

Ni « autocratie », ni « fascisme », ni « néo-totalitarisme » — « Poutinisme » est le bon terme pour décrire la Russie sous Poutine, écrit Karl Schlögel.

 

Je mettrai un bandeau blanc, bleu et blanc sur les livres ! Vive la Russie démocratique !

 

***

Aux Etats-Unis, les milliardaires passent pour des chamans. En France, ils sont de tristes symboles…

 

***

 

 

***

 

Le Point. Laurent Joffrin : « La presse est affectée de mélenchonisme ». Le journaliste, passé par « Libération » et « L’Obs », fait le constat d’une gauche qui cède à la radicalité. Une tendance qui touche aussi des rédactions.

 

***

–  C’est moi,  Léo !

***

Des Russes continuaient, malgré la répression, de déposer des fleurs sur un mémorial improvisé pour les victimes du bombardement meurtrier il y a neuf jours d’un immeuble à Dnipro, en Ukraine. Depuis cette frappe qui a fait 46 morts, imputée aux forces russes par Kiev, des Russes sont venus déposer des fleurs, photographies et messages au pied de la statue à Moscou d’une poétesse ukrainienne, Lessia Oukraïnka, aménageant ainsi un mémorial de fortune aux victimes. (Le Parisien)

 

***

«Parce que tous les traumatismes collectifs soviétiques ont été poussés dans le subconscient et non traités. Là, ils ont pourri et fermenté. Il n’y a pas eu de processus collectif de prise de conscience, pas d’expiation pour les crimes du bolchevisme. Compte tenu du traumatisme et du cadavre soviétique, il a été rejeté et a déclaré: “Nous sommes en bonne santé”. Ça ira. Mais il s’avère que nous sommes malades, gravement malades. Le mal qui sommeillait chez les gens s’est déchaîné avec l’aide de la propagande. Bucha est le mal dans sa forme la plus pure, qui a surgi des profondeurs de la inconscient collectif. Personne n’a traité le traumatisme comme s’il s’était passé en Allemagne.» (Sorokin sur Radio Free Europe)

Publié dans Non classé | Commentaires fermés sur L’hypocrisie de la poste