Un marronnier : la dysphorie (II)

La dysphorie : le discours sur l’Europe (H. U. Gumbrecht).

Avec  le RN qui reprend la fonction tribunicienne du PCF : même public,  même perméabilité aux fakes news.

***

Sur le site de Deutschlandfunk Kultur : Botanik-Boom in der Literatur. Le boom de la botanique dans la littérature.
Warum wir Sehnsucht nach Pflanzen haben ? Pourquoi avons-nous la nostalgie des plantes ?

***

Les Verts en Allemagne : de beaux scores électoraux. Bien que 40% de l’électricité allemande soit d’origine de charbon ou de lignite. Et les centrales thermiques lâchent leur CO2 dans le sud du brandebourgeois au milieu des gisements de lignite (Cottbus). Cela on l’oublie toujours : il n’y a que les centrales nucléaires qui sont à l’arrêt.  Les Diesel qui n’ont plus le droit de rouler dans le centre des villes : ils vont directement en Pologne où ils sont revendues en occasion ou en Lituanie dans un immense terrain vague que Karl Schlögel décrit dans un de ses livres.  Et l’on n’en profite pour faire des voitures plus puissantes roulant bien plus vite. C’est ça l’écologie !

***

Est-ce que j’ai vraiment « visité » Notre-Dame ? Avec mes parents ? Je ne m’en souviens pas. Mon père voulait aller au Mémorial de la déportation. Au bout de l’île de la Cité. Ça je m’en souviens très bien : j’avais huit ans. Les deux urnes de cendres des internés du Struthof. Puis vers 20 ans, j’ai dû dormir deux ou trois fois à l’Hôtel Esmeralda sur les quais en face de Notre-Dame. Et je suis allé aux concerts d’orgue du dimanche après-midi, c’était gratuit, écouter Pierre Cochereau : j’y ai entendu pour la première fois une pièce d’Arvo Pärt. Superbe. La musique du berlinois. Puisqu’il est berlinois !

***

Affaire Loiseau: on condamne toujours le passé d’extrême droite, jamais celui d’extrême-gauche. Par exemple : qui sous un nom d’emprunt (il faut en avoir, du courage !) est allé jusqu’à justifier le massacre des athlètes israéliens aux JO de Munich en 1972 dans Rouge. Il s’appelait Edwin Plenel.

Madame Loiseau : le charisme d’une crevette…

***

Nouveauté sémantique : la « philosophie » du Festival de Pâques de Salzbourg (The philosophy of the Salzburg Easter Festival) ou la « philosophie de notre cuisinier » (!) pour le site d’un restaurant alsacien…

***

Je crois que les choses ont changé quand François Ruffin a rédigé — dans le Monde — sa tribune :    « Vous êtes déjà haï ». Et quand la manifestation-pot-au-feu Ruffin-Mélenchon était accompagnée par le pantin Rodschild-Macron, la manifestation avait déjà sale allure, elle avait viré à l’aigre… C’est lamentable !

***

Nolde : grand artiste mais antisémite et nazi. Mais nazi détesté par les nazis…

***

Tiens, les Bastian ouvrent une galerie à Londres par une expo Twombly (Cy Twombly : Natural History ou Cy Twombly et Pline l’Ancien) ! Ils disaient que Berlin n’est qu’une ville de philistins. Ce qui n’est pas très juste. Surtout pas dans leur quartier (Grünewald ou les rives du Wannsee)…

***

Faire du chiffre : c’est ce qu’on peut reprocher à l’Administration de l’Intérieur. C’est ce qu’a inventé la haute Administration de l’Intérieur, aussi bien que de l’Education nationale. Faire du chiffre : non, faire de l’esbrouffe ! C’est ce qui a commencé avec Sarkozy quand les futurs énarques étaient sevrés avec du management…

***

NZZ, le 1er mai  : « Die deutsche Doppelmoral und ihre Folgen – wie amtsdeutsche Völkermord-Theorie Griechen und Polen auf den Plan rief » (Michael Wolffsohn : prof. d’histoire à l’école militaire de Bonn)

***

« Basile dans le Conte des contes met en scène un merveilleux plus bizarre encore que le merveilleux de la magie », Ferrari dans la Revue des deux mondes à la fin du siècle dernier.

Le film de Garrone sort aux States : on ressort le Conte des contes (en livre) chez Penguin (la première édition est épuisée). Le titre qu’il a  dans l’article de Tim Parks de la NYRB est « The Rabelais of Naples ». Stupide. Faut-il qu’un livre fasse 800 pages pour qu’il n’y ait pas de presse aux States ? Même un chef d’œuvre. Peut-être.

***

Wie lang dauert Merkels Abschiedstournée noch ?

****

– Was hat der geraucht ?

***

« Oserait-on » encore en France ?

**Books for Mother’s Day Twenty classic books, on sale at 30% off | Free US shipping on | orders of $35 or more : Cooking  and Gardening –Summer Cooking • Book of Mediterranean Food Onwards and Upwards in the Garden • The Education of a Gardener

****

L’ENA : que dire du pantouflage et des grands corps ? 

Ce n’est pas l’ENA, c’est la « haute fonction publique » qu’il faudrait réformer.

***

Dans la salle d’embarquement de l’aéroport, une femme devant moi, sur le dos du T-Shirt, en grand : « Don’t follow me ! ».

***

Le CO2 dans l’atmosphère : il y a deux vols AR Nuremberg Münich chaque jour ! Je parie qu’en ICE ça doit être plus rapide ! 165 kilomètres…

***

« Drôle de gauche qui, tout à son envie irrépressible, pour ne pas dire pavlovienne, de dégommer le locataire de la place Beauvau, oublie le même jour d’applaudir au sauvetage d’Asocal. Quelque 270 salariés sauvés après quatre années de lutte sociale et grâce aux efforts conjugués des syndicats, des élus locaux et de l’État : pas un mot ! Drôle de gauche qui, le même jour, omet de se féliciter des résultats de la lutte contre le travail au noir et, notamment, contre les fraudes au travail détaché. Plus de 640 millions d’euros de redressement en 2018 (+ 18,5 %) : pas le moindre commentaire ! Drôle de gauche enfin qui, toujours le même jour, zappe superbement la création d’un «  Airbus  européen des batteries électriques » qui pourrait créer des milliers d’emplois industriels en France et en Europe. À chacun ses priorités politiques…», Laurent Neumann, Le Point.

***

Le Brandebourg est le land allemand qui a la plus petite densité de médecins. Pourquoi ? La proximité de Berlin ?

***

L’Archevêque Rainer Woelki, de Cologne, ancien évêque [catholique] de Berlin (où il circulait à vélo, on le croisait quelquefois à Mitte…) : prend position sur des actes antisémites dont est victime le nouveau Rabbin de Cologne.

***

« On ne compte plus le nombre de sortants sacrifiés sans raison objective de se plaindre de leur travail ; bien au contraire certains d’entre eux étaient reconnus unanimement pour leur influence à Strasbourg et à Bruxelles. S’il fallait ne citer qu’un nom, Christine Revault d’Allones serait sans doute le cas le plus emblématique : présidente de la délégation socialiste française au Parlement Européen, elle n’a pas été reconduite par son parti alors même que, achevant tout juste son premier mandat, il est difficile de justifier son éviction par le principe du renouvellement. » 

***

On commémore le centenaire de la création du Bauhaus à Weimar et à Dessau : et on se souvient opportunément  que parmi les premiers élèves, la majorité étaient des femmes : par exemple Anni Albers qui est partie pour enseigner au Black Mountain College…

***

Chostakovitch, Symphonie n° 13, « Babi Yar ». La shoah par balles était connue bien avant que de figurer dans les livres d’histoire.

***

Joseph et la femme de Putiphar…

***

Je lis Tiananmen 1989-2019 : Hommages et récits paru chez Phébus. Il faudrait écrire une histoire du maoïsme mondain français…

***

70 ans « Luftbrücke » : les commentaires enfin disent que Tempelhof n’était pas le seul aéroport qui s’occupait du pont aérien. « Berliner Luftbrücke – auch über Tegel ».  Gatow voyait atterrir les avions anglais et Tegel les avions français (Tegel a eu sa piste, une des plus longues d’Europe, en moins de trois mois…)…

***

Le film des 60 ans de Carlos Ghon à Versailles : écœurant. Quelqu’un en haut de l’Etat devait le savoir ?! C’est-à-dire : tout le monde ! C’est fou !

***

On m’envoye une interview parue dans la Lettre de Taïwan, une interview de Chen Yuhong, poétesse de Taïwan que Circé viens de publier. Et qu’a très bien traduit Marie Laureillard. En plus d’être poète, Chen est également traductrice et elle traduit également le meilleur de la poésie féminine anglo-saxonne car : qui connaît Louise Glück en français ou Carol Ann Duffy (qui était en résidence à Berlin l’an passé) et qui sait que Margaret Atwood est également poète et pas uniquement romancière… ? Personne ! 

***

Pub !

« La Winstub est le restaurant typiquement alsacien, par son esprit terroir et bistrot.On y retrouve les saveurs d’autrefois au cadre intime et à l’ambiance chaleureuse.
On sert des bons petits plats à déguster dans une ambiance où on aime à se réunir entre amis ou en famille. C’est une Winstub de ce genre là que l’on trouve, dans la zone piétonne de Strasbourg Petite France à 5mn à pied de la Cathédrale. Ce trouve le restaurant Winstub, S’Thomas Stübel [à Strasbourg]  cadre chaleureux et intime. On se sent bien. Thierry, le propriétaire des lieux et son chef Marc ont donné une âme à cette Winstub dans un esprit de retour dans le passé où la convivialité et simplicité des plats et de l’ambiance restent le maître mot d’une hospitalité toute alsacienne. Spécialités régionales et cuisine traditionnelle : salade de pomme de terre, choucroute, steack tartare, jambonneau … et des suggestions tous les jours.
L’Alsace est une terre de fête où l’on trouve des Winstubs. »

Publié dans Non classé | Commentaires fermés sur Un marronnier : la dysphorie (II)