Mises au point (2)

RIP : Le poète irlandais Matthew Sweeney : « Catholicism without God, or even before God ». Très, très grand poète !

****

RIP : Venezia, 10 agosto 2018 – Diamo il triste annuncio che è mancato oggi Cesare De Michelis, fondatore e presidente di Marsilio Editori.

È più importante vendere i libri che si fanno che fare i libri che si vendono.
Cesare De Michelis

Comme disait G. 75 ans: c’est pas un âge pour trépasser.

****

De Dominique Jung , interview du Point (11/08/2018) :
« Cette région Grand Est a-t-elle une cohérence ? L’Insee montre que la Lorraine et la Champagne connaissent une baisse démographique, alors que l’Alsace est en hausse…

Mon avis personnel est que, tant qu’à faire une région élargie sur la base de trois régions précédentes, il aurait été plus malin de regrouper l’Alsace, la Lorraine et la Franche-Comté. Avec la Franche-Comté plutôt que la Champagne-Ardenne, on pouvait avoir une politique Vosges-Jura cohérente, ainsi qu’une politique transfrontalière parlant à l’ensemble des territoires. À Reims, le transfrontalier a peu de résonance ; la Champagne est plus proche de l’Île-de-France que du Bade-Wurtemberg. Prenez le bilinguisme et la place particulière de l’allemand dans l’enseignement primaire et secondaire : c’est pertinent pour le Lorrain, l’Alsacien et le Franc-Comtois peu éloigné de la Suisse alémanique. Mais pourquoi un collégien de Châlons-en-Champagne apprendrait-il en priorité l’allemand plutôt que l’espagnol ou le chinois ? »

Juste : les gosses (en Alsace) ne veulent plus apprendre l’allemand. Et vous n’y ferez rien.

****

Dans l’avion, un couple dans la rangée près de chez moi. Leur gosse, deux ans ? Le père lui parle en français et la mère en espagnol. Le gosse a de la chance.

***

Daniel Cohn-Bendit : Ministre de l’Europe… ? (le 1 sept. 2018)

Loupé ! (le 10 sept. 2018)

***

De Georges Nivat : Dans la Revue d’études slaves  (1982) :

« Mais Blok est presque inconnu du public lettré français. Il manque en effet l’essentiel : de bonnes traductions poétiques. Il faut dire qu’aucun grand poète français actuel ne pratique plus le vers français régulier classique. Les réussites que nous avons relevées ici et là (André Piot, François Kerel, Gabriel Arout, Brice Parain) sont dues à deux poètes, un dramaturge, un romancier. Mais elles ne portent que sur deux ou trois textes et elles sont perdues dans des publications rares, épuisées. Aucune solution n’a été vraiment trouvée pour traduire le doľnik de Blok. Beaucoup trop de traductions sont dues à des émigrés russes qui ne sont pas poètes, moins encore poètes français. Enfin notons que le nombre des poésies traduites est très restreint. Les traducteurs se cantonnent à quelques pièces. Les Douze ont été traduits une dizaine de fois sans qu’aucune traduction ne se soit imposée.… Aussi est-on tenté de conclure cette étude sur Blok en France en rappelant ce que Blok lui-même a écrit de Heine en Russie : les conditions pour la traduction du poète ne sont pas favorables, mais le poète nous est plus proche que jamais. Blok, qui a incontestablement suscité de l’intérêt en France, pâlit, comme toute la poésie étrangère de la crise de la traduction poétique française. Mais ceci est une bien plus vaste histoire… »

La situation a-t-elle changé ?! Espérons-le !

****

Ponce-Pilate a fait des émules ! Parmi les fonctionnaires de la RépubliqueNon  il n’y était pas !

****

L’Institut de philosophie de Strasbourg avait sa petite maison d’édition : elle a tenu le coup deux ans ou trois ans. Pourquoi n’a-t-elle pas continué ? Peut-être est-ce parce qu’elle était strasbourgeoise : je veux dire que tous les auteurs étaient strasbourgeois. On me dit  « Regardez il y a de grandes maisons d’édition d’Université  : Yale ». J’ai regardé dans le catalogue de l’an passé de cette maison (à qui j’ai déjà acheté des titres : le titre de Judith Shklar : elle n’était pas de Yale…) – les biographies des auteurs :  deux auteurs seulement étaient issus de Yale. Je ne crois pas que le nombrilisme soit un bon critère de publication. Ni les copains-cochons. J’écris cela sans méchanceté.

****

J’ai pensé à Günther Anders, ces jours-ci (à cause des Tintoret qui sont au Kunstmuseum de Vienne et dont il m’avait avoué qu’ils avaient été volés par les troupes napoléoniennes), lui qui s’était traduit lui-même avec Lévinas: et bien traduit. Combien il reconnaîtrait mal ses textes « traduits » aujourd’hui en français…

***

Trois drapeaux au vent sur la place de Bourg-Bruche (67). Le plus haut : le drapeau alsacien, à droite et à gauche les drapeaux français et européens. Lamentable !

Nath (ma femme) : j’aurais mis le drapeau européen au milieu…

***

Une anthologie de poésie sur Berlin. D’abord parce que les poéticiens allemands ont inventé la Großstadtlyrik. Les poéticiens français ont inventé la poésie urbaine : Baudelaire, par exemple. Mais d’où la grande ville est absente. Paris n’est pas un objet de poésie. Paris est un objet de peinture : Delaunay par exemple. Et parce que Berlin est une ville de poètes étrangers immigrés et que les universitaires commencent à  s’y intéresser (un livre est paru chez Wallstein) : des pans entiers de la ville sont mis à jour : Pasternak, Khodassevitch ont écrit des poèmes sur Berlin, Moishe Kulbak également. Et la Grande Ville  raconte plus que ne racontaient les poètes berlinois de souche.

***

Écrit hier  à l’adjoint de la culture de Strasbourg (que je ne connais pas) :

Cher Monsieur,

Pourrais-je vous faire une suggestion : Georg Simmel, l’un des plus grands sociologues et philosophes européens du XXe siècle a vécu à Strasbourg (au 17 ou 19?) rue de l’Observatoire (la maison est encore en place) et il est enterré au cimetière juif de Cronenbourg. Il a écrit à Strasbourg ses œuvres les plus considérables. Il a enseigné à l’Université.
A l’heure où l’on célèbre la Neustadt, la ville de Strasbourg s’honorerait à faire déposer une plaque rappelant ces faits rue de l’Observatoire. A Berlin, ces faits sont rappelé par une plaque sur la façade de son domicile de l’Akazienstraße  : où il a vécu une dizaine d’années, où il tenait son séminaire privé comme à Strasbourg. Un des laboratoires du CNRS à l’EHESS, porte son nom ainsi que la Grande Salle du Centre Marc Bloch à Berlin.
Vous devriez demander à des gens connaissant particulièrement bien l’œuvre de Simmel (Les Professeurs Watier, Jonas, il y aurait eu Freund…) de vous éclairer sur ce sujet.

***

J’ai été beaucoup choqué  par le fait que rien, absolument rien, ne rappelât le décès de Stanley Cavell sur le site de l’Université de Strasbourg. Il était Doctor honoris causa de cette Université et ça méritait bien d’être rappelé.

****

 Mail reçu aujourd’hui :

« Il y a plusieurs crises en question :
1) Crise de la lecture de la poésie en France.
2) Crise de la traduction de la poésie étrangère
3) Crise de la traduction de la poésie xxxx »

 

****

Dans la Revue des deux mondes, qui sélectionne 40 livres à lire cet été :

« Le Livre des choses, Aleš Šteger, poèmes traduits du slovène par Mathias Rambaud et Guillaume Métayer, préface de Guillaume Métayer, éd. Circé
Héritier de Pessoa et de Borges, cet élégant poète slovène, magnifiquement traduit, hisse les « choses de la vie » au rang de mythologies. Chaussures, parapluie, essuie-glace, aspirine, brouette, paillasson, etc. Avec par surcroît un poème sublime sur l’hippocampe »

 

****

« Vielleicht ist Glaube überhaupt unvermeidbar. Wenn das so ist, möchte ich die Maxime riskieren : Soll schon Religion sein, so wähle diejenige, die am wenigsten verspricht »

Harald Hartung

***

 

1 gosse sur 10 ne sait pas lire en entrant en 6e. Savez-vous qu’une des choses les plus difficiles à faire pour lui est de se servir du dictionnaire ? (pour des questions d’ordre des lettres dans l’alphabet qu’ils ne connaissent pas). Et quand on a pas le droit de leur donner de devoir, on n’a pas le droit de leur demander d’utiliser un dictionnaire. C’est mon quart d’heure de lutte contre les populistes.

***

On vient de publier une nouvelle traduction  « des aphorismes de Walter Benjamin ». Ah, des aphorismes !!!

Publié dans Non classé | Marqué avec , , , , , , | Commentaires fermés sur Mises au point (2)