Un marronnier : la dysphorie

La dysphorie : le discours sur l’Europe (H. U. Gumbrecht).

Avec  le RN qui reprend la fonction tribunicienne du PCF : même public,  même perméabilité aux fakes news. Les TV en continu doivent être contentes de leur faire de la pub tous les samedis après-midi…

***

Sur le site de Deutschlandfunk Kultur : Botanik-Boom in der Literatur. Le boom de la botanique dans la littérature.
Warum wir Sehnsucht nach Pflanzen haben ? Pourquoi avons-nous la nostalgie des plantes ?

***

Les Verts en Allemagne : de beaux scores électoraux. Bien que 40% de l’électricité allemande provienne de charbon brûlé ou de lignite brûlée. Et les centrales thermiques lâchent leur CO2 dans le Sud du brandebourgeois ou en Saxe au milieu des gisements de lignite (Cottbus). Cela on l’oublie toujours : il n’y a que les centrales nucléaires qui sont à l’arrêt.  Et toute une partie de l’Allemagne n’est pas écologiste pour un sou, cette qui vote AfD, c’est l’ex-Allemagne de l’Est. Les Diesel qui n’ont plus le droit de rouler dans le centre des villes : ils vont directement en Pologne où ils sont revendues en occasion ou en Lituanie dans un immense terrain vague que Karl Schlögel bien décrit dans un de ses livres.  Et l’on en profite pour fabriquer des voitures plus puissantes roulant bien plus vite. C’est ça l’écologie !

***

Aux élections européennes qu’a voté Reinhold Würth (l’empereur de la visse…) ? Il a voté vert.

***

Est-ce que j’ai vraiment « visité » Notre-Dame ? Avec mes parents ? Je ne m’en souviens pas. Mon père voulait aller au Mémorial de la déportation. Au bout de l’île de la Cité. Ça je m’en souviens très bien : j’avais huit ans. Les deux urnes de cendres des internés du Struthof. Puis vers 20 ans, j’ai dû dormir deux ou trois fois à l’Hôtel Esmeralda sur les quais en face de Notre-Dame. Et je suis allé aux concerts d’orgue du dimanche après-midi, c’était gratuit, écouter Pierre Cochereau : j’y ai entendu pour la première fois une pièce d’Arvo Pärt. Superbe. La musique du berlinois. Puisqu’il est berlinois !

***

Affaire Loiseau: on condamne toujours le passé d’extrême droite, jamais celui d’extrême-gauche. Par exemple : qui sous un nom d’emprunt (il faut en avoir, du courage !) est allé jusqu’à justifier le massacre des athlètes israéliens aux JO de Munich en 1972 dans Rouge. Il s’appelait Edwy Plenel.
Madame Loiseau : le charisme d’une crevette…

***

Nouveauté sémantique : la « philosophie » du Festival de Pâques de Salzbourg (The philosophy of the Salzburg Easter Festival) ou la « philosophie de notre cuisinier » (!) pour le site d’un restaurant alsacien…

***

Je crois que les choses ont changé quand François Ruffin a rédigé — dans le Monde — sa tribune :    « Vous êtes déjà haï ». Et quand la manifestation-pot-au-feu Ruffin-Mélenchon était accompagnée par le pantin Rodschild-Macron, la manifestation avait déjà sale allure, elle avait viré à l’aigre… C’est lamentable !
A Berlin, une manif, une fille, la trentaine, devant moi, en face de la Porte de Brandebourg, Pariser Platz, une pancarte sur son dos : « Hass ist keine Meinung ».

***

Emil Nolde : grand artiste mais antisémite et nazi. Et nazi détesté par les nazis… Les tableaux sont-ils responsables aussi?

***

Tiens, les Bastian ouvrent une galerie à Londres par une expo Twombly (Cy Twombly : Natural History ou Cy Twombly et Pline l’Ancien) ! Ils disaient que Berlin n’est qu’une ville de philistins. Ce qui n’est pas très juste. Surtout pas dans leur quartier (Grünewald ou les rives du Wannsee qui possèdent de petits ou de grands  bijoux )…

***

Faire du chiffre : c’est ce qu’on peut reprocher à l’Administration de l’Intérieur. C’est ce qu’a inventé la haute Administration de l’Intérieur, aussi bien que de l’Education nationale. Faire du chiffre : non, faire de l’esbrouffe ! C’est ce qui a commencé avec Sarkozy quand les futurs énarques étaient sevrés avec du management…

***

NZZ, le 1er mai  : « Die deutsche Doppelmoral und ihre Folgen – wie amtsdeutsche Völkermord-Theorie Griechen und Polen auf den Plan rief » (Michael Wolffsohn : prof. d’histoire à l’école militaire de Bonn).

***

« Basile dans le Conte des contes met en scène un merveilleux plus bizarre encore que le merveilleux de la magie », Ferrari dans la Revue des deux mondes en 1880.
Le film de Garrone sort aux States : on ressort le Conte des contes (en livre) chez Penguin (la première édition est épuisée).
Le titre qu’il a  dans l’article de Tim Parks de la NYRB est « The Rabelais of Naples ». Stupide. Faut-il qu’un livre fasse 800 feuillets pour qu’il n’y ait pas de presse aux States ? Même un chef d’œuvre. Peut-être.

***

Wie lang dauert Merkels Abschiedstournée noch ?

****

– Was hat der geraucht ?

***

« Oserait-on » encore en France ?

**Books for Mother’s Day Twenty classic books, on sale at 30% off | Free US shipping on | orders of $35 or more : Cooking  and Gardening –Summer Cooking • Book of Mediterranean Food Onwards and Upwards in the Garden • The Education of a Gardener

****

L’ENA : que dire du pantouflage et des grands corps ? 
Ce n’est pas l’ENA, c’est la « haute fonction publique » qu’il faudrait réformer.

***

Dans la salle d’embarquement de l’aéroport, une femme devant moi, sur le dos du T-Shirt, en grand : « Don’t follow me ! ».

***

Le CO2 dans l’atmosphère : il y a deux vols AR Nuremberg Münich chaque jour ! Je parie qu’en ICE, de gare en gare, ça doit être plus rapide ! 165 kilomètres…

***

« Drôle de gauche qui, tout à son envie irrépressible, pour ne pas dire pavlovienne, de dégommer le locataire de la place Beauvau, oublie le même jour d’applaudir au sauvetage d’Asocal. Quelque 270 salariés sauvés après quatre années de lutte sociale et grâce aux efforts conjugués des syndicats, des élus locaux et de l’État : pas un mot ! Drôle de gauche qui, le même jour, omet de se féliciter des résultats de la lutte contre le travail au noir et, notamment, contre les fraudes au travail détaché. Plus de 640 millions d’euros de redressement en 2018 (+ 18,5 %) : pas le moindre commentaire ! Drôle de gauche enfin qui, toujours le même jour, zappe superbement la création d’un «  Airbus  européen des batteries électriques » qui pourrait créer des milliers d’emplois industriels en France et en Europe. À chacun ses priorités politiques…», Laurent Neumann, Le Point.

***

Le Brandebourg est le land allemand qui a la plus petite densité de médecins. Pourquoi ? La proximité de Berlin ?

***

Mail reçu aujourd’hui :
« Il y a plusieurs crises en question :
1) Crise de la lecture de la poésie en France.
2) Crise de la traduction de la poésie étrangère
3) Crise de la traduction de la poésie xxxx »

***

L’Archevêque Rainer Woelki, de Cologne, ancien évêque [catholique] de Berlin (où il circulait à vélo, on le croisait quelquefois à Mitte…) : prend position sur des actes antisémites dont est victime le nouveau Rabbin de Cologne.

***

« On ne compte plus le nombre de sortants sacrifiés sans raison objective de se plaindre de leur travail ; bien au contraire certains d’entre eux étaient reconnus unanimement pour leur influence à Strasbourg et à Bruxelles. S’il fallait ne citer qu’un nom, Christine Revault d’Allones serait sans doute le cas le plus emblématique : présidente de la délégation socialiste française au Parlement Européen, elle n’a pas été reconduite par son parti alors même que, achevant tout juste son premier mandat, il est difficile de justifier son éviction par le principe du renouvellement. » 

***

On commémore le centenaire de la création du Bauhaus à Weimar et à Dessau : et on se souvient opportunément  que parmi les premiers élèves, la majorité étaient des femmes : par exemple Anni Albers qui est partie pour enseigner au Black Mountain College…

***

Chostakovitch, Symphonie n° 13, « Babi Yar ». La shoah par balles était connue bien avant que de figurer dans les livres d’histoire.

***

Joseph et la femme de Putiphar…

***

Je lis Tiananmen 1989-2019 : Hommages et récits paru chez Phébus. Il faudrait écrire une histoire des maoïstes mondains français… Guy Debord aurait pu raconter des histoires drôles…

***

70 ans « Luftbrücke » : les commentaires enfin disent que Tempelhof n’était pas le seul aéroport qui s’occupait du pont aérien. « Berliner Luftbrücke – auch über Tegel ».  Gatow voyait atterrir les avions anglais et Tegel les avions français (Tegel a eu sa piste, une des plus longues d’Europe, en moins de trois mois…)…

***

Le mariage de Carlos Ghon à Versailles : écœurant. Quelqu’un en haut de l’Etat devait le savoir ?! C’est-à-dire : tout le monde ! C’est fou !

***

On m’envoye une interview parue en français dans la Lettre de Taïwan, une interview de Chen Yuhong, poétesse de Taïwan que Circé vient de publier. Et qu’a très bien traduit Marie Laureillard. En plus d’être poète, Chen est également traductrice et elle traduit le meilleur de la poésie féminine anglo-saxonne car : qui connaît Louise Glück ou Carol Ann Duffy (qui était en résidence à Berlin l’an passé) et qui sait que Margaret Atwood est également poète et pas uniquement romancière… ? Personne ! 

****

La plus belle (et de loin !) librairie de Fribourg en Brisgau ferme ses portes le 31 décembre 2019. La librairie zum Wetzstein : après 41 ans de service. Des libraires inventifs, créateurs et un peu snob (la moquette épaisse par terre, les gros tapis sur le parquet ciré superbe…)! Pour faire tourner le fond : ils demandaient aux grands écrivains qu’ils connaissaient (G. Grass, Herta Muller, Sebald, Canetti, Peter Huchel…) de faire une liste des livres préférés et d’écrire quelques mots sur eux et ils exposaient en vitrine le livre accompagné de ce petit mot. Ainsi Sebald l’avait fait avec Hebel et le libraire en avait vendu 500 !
C’est une librairie qui marche très bien : pas un euro de dettes ! Et pourtant elle ferme…

https://www.zum-wetzstein.de

Il y a une librairie à Palma de Majorque qui a « copié » la librairie zum Wetzstein : La Bibliotheca de Babel (c/Arabí nº3 ) dans la vieille ville de Palma : où les livres sont également accompagné de petits mots en vitrine.

****

« L’Ascension est un pont prisé du mois de mai. Très pratique, cette fête chrétienne tombe toujours un jeudi puisqu’elle est célébrée quarante jours après Pâques. Mais rien n’empêcherait la conférence des évêques de France de décider qu’elle soit désormais fêtée un… dimanche…
C’est déjà le cas dans des pays très catholiques comme l’Italie ou l’Espagne. Mais aussi aux États-Unis. Au cours des années 70, et avec l’accord du Vatican, les évêques de ces Églises ont décidé de fêter l’Ascension le dimanche qui suit ce jeudi, soit quarante-trois jours après Pâques. Pourquoi? Par esprit civique précisément afin d’éviter un… pont et une cessation d’activité pour la société! » Le Figaro.

***

Discussion pendant le déjeuner avec L.B. au restau grec :  les conseils de lecture que  les profs de khâgne peuvent donner à leurs étudiants  ; les profs de fac idem. Henri Vergote nous avait parlé, au détour d’un cours sur Hegel, d’un essai de Michel Serres sur La Fontaine (dans Hermès). Je suis sûr que par la suite les librairies strasbourgeoises en ont vendu une tapée. Jean-Luc Nancy nous avait parlé de Karl Barth et de Roland Barthes, nous disant beaucoup de bien du premier (beaucoup moins du second: si, si !) et de son Essai sur l’Epître aux Romains (que même Löwith plaçait très haut) ainsi que son petit livre sur Mozart.
Aujourd’hui : ils ne donnent plus de conseil de lecture. Pas d’autorité pour cela.

***

Je suis européen fédéraliste  et je suis pour une décentralisation accrue.

***

Pour saluer Michel Serres. Parmi les nombreux articles, seules deux nécros dérogent à l’exercice convenu : Frédéric Worms (dans Libé) et Bernard Henri Levy (dans le Point). Deux personnes qui se rappellent le « méchant homme qu’il fut » aussi. Je me rappelle : Michel Serres en robe de chambre après que Derrida se soit fait emprisonner à Prague pour consommation de cannabis (!). Il y allait  pour faire de la philosophie : une intervention au séminaire de Patocka. Ce qui déplu au pouvoir communiste en place.  Et ce que Serres raconta à sa façon devant les caméras du Journal télévisé : ignoble. Il me déplu ce soir là et dans le ton et dans le contenu. L’autorité de Vergote était tombée dans le caniveau.

***

On commence à prendre un certain âge  : on lit Le Monde à l’envers, en commençant par la fin, les annonces de décès.

***

Lecture du Livre-Hebdo allemand (Le Boersenblatt) : interview d’Iris Radisch (qui dirige les pages littéraires de Die Zeit) sur la critique littéraire. Il faut contextualiser, qu’elle dit. Qui sait faire ça ? Certains comparatistes.  Les problèmes sont les mêmes que chez nous. Dans Le Monde : Comment les libraires s’adaptent à la surabondance des titres ? C’est les éditeurs qui doivent publier moins…

***

Samedi après-midi. Après le concert annuel de l’orchestre de l’Opéra (direction Daniel Barenboïm), à la Bebelplatz, cet après-midi suis allé au cinéma aux Hackesche Höfe voir Sunset de Nemès. Je vais rarement au cinéma. Encore plus rarement à Berlin. La dernière fois, c’était pour voir Sokourov (Faust).

***

LCI. Emission de Pujadas. A 18 heures, je la regarde quelquefois.  Romain Goupil avoue avoir été grandement surpris quand l’assistante de Pujadas  a montré aux journalistes  que quelqu’un qui travaillait au Smic gagnait moins que quelqu’un  qui percevait le chômage (qui avait été au smic)… Ah !?

***

J’ai reçu un envoi de Berlin hier : envoyé par la Pin Mail AG qui est une société de postes  privée qui fonctionne sur Berlin, avec quatre cents boîtes aux lettres et qui vous proposent le même service que la Deutsche Post qui pour certains envois est déjà nettement moins cher (elle fait notamment un tarif LIVRES) que la poste française. Seulement voilà : PinMail  fait des tarifs 20% moins chers. Et des tarifs livres 20% moins chers que la Deutsche Post…

Comment vous expliquez ça : la poste française a un surpoids de personnels (- des directeurs de , – des sous-directeurs, – des  sous-sous-directeurs…) qui grève assez son budget… et une banque qu’il faut renflouer.

Promenade le long du Wannsee. Du côté de la tombe de Kleist, jusqu’à l’Île aux Paons… Près de la Villa Liebermann: où l’on expose les œuvres de Liebermann et celles de Lesser Ury (ils sont contemporains) : Ury fait remonter les jupes des femmes et remplace les cheveaux du Tiergarten par des feux de voitures sous la pluie un soir sur la Bülowsstrasse.En hauteur on voit une rame de U-Bahn circuler. Etonné de la grandeur de cette Villa… pour 3 personnes ! Je vais me promener au cimetière, et je me rappelle avoir lu quelque part que ce cimetière était juif et chrétien, le premier dans l’histoire. En effet, au milieu de la croix qui est à l’entrée, est sculptée une étoile de David.

 

 

Publié dans Berlin, Non classé | Marqué avec , , | Commentaires fermés sur Un marronnier : la dysphorie