Poème d’août 2021 (Harms)

Harms:

Petit menteur

Vous le saviez ?
Dites, vous le saviez ?
Bien sûr que vous le savez !
Oui, forcément vous le savez !

— Non, non et non !
Nous on n’a rien vu,
rien entendu,
on ne sait rien non plus,
bien entendu !

Alors, savez-vous que mon ?
Savez-vous que mon pa ?
Savez-vous que mon papa
avait quarante enfants,
quarante gars costauds,
pas vingt ni trente,
mais quarante tout juste,
pas un de moins,
pas un de plus !

— Menteur, petit menteur !
Vingt, passe encore,
trente, passe encore,
mais quarante tout juste,
c’est des histoires,
c’est des bêtises,
rien de plus !

Et savez-vous que les bar ?
Savez-vous que les bets ?
Savez-vous que les barbets
ont appris à voler
bien mieux que les poissons,
à voler comme des faucons ?

— Menteur, petit menteur !
Comme des poissons,
passe encore,
mais comme des faucons,
Qui peut y croire ?
c’est des sottises,
c’est des histoires !

Et vous ne savez pas ?
Vous ne savez pas que dans ?
Vous ne savez pas que dans le ciel
il y aura bientôt une roue
à la place du soleil,
pas une assiette,
pas une galette,
mais une grande roue en or ?

— Menteur, petit menteur !
Une assiette
ou une galette,
passe encore,
mais une roue en or,
c’est des histoires,
c’est des sornettes !

Et savez-vous que sous la ?
Savez-vous que sous la mer
un soldat monte la garde,
pas avec une matraque,
pas avec un balai,
mais avec un vrai fusil ?

— Menteur, petit menteur !
Avec un balai
ou une matraque,
passe encore,
mais avec un vrai fusil,
c’est des histoires,
c’est des idioties !

Et savez-vous que notre ?
Savez-vous que notre nez
on ne peut le toucher,
on ne peut l’attraper
ni avec la bouche,
ni avec les mains,
ni avec les pieds,
non, pas moyen
de sauter jusqu’à lui
pour le saisir avec les mains,
avec la bouche,
avec les pieds,
est-ce que vous le saviez ?

— Menteur, petit menteur !
Qu’on ne puisse pas sauter
jusqu’à lui,
ni l’attraper
avec la bouche,
avec les pieds,
on le sait très bien,
mais pour les mains,
c’est des histoires,
une stupidité
aussi longue que ton nez !

 

(Trad. Henri Abril : à paraître en nov. 2021 dans l’Anthologie
des poèmes russes pour enfants (Un soir chez les souris))

Ce contenu a été publié dans Non classé. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.