Quel est le cap ? Wird jetzt alles besser?

Une grande messe pour l’idée de l’Europe [que des hommes!] ! Le Karlsamt (qui est une messe solennelle) est célébré à la Cathédrale de Francfort depuis six siècles et demi. Il ne s’agit pas seulement de l’anniversaire de Charlemagne qu’on fête, mais aussi d’une messe pour une Europe unie « dans le christianisme ».

***

« L’inculture scientifique des élites françaises a des effets profonds sur la conduite des affaires de l’Etat » Philippe Juvin, maire LR de La Garenne-Colombes et médecin. Et l’inculture scientifique des scientifiques, des biologistes et des virologues  :  les prévisions qu’ils ont sortis à l’Institut Pasteur !!

***

Peter Sloterdijk: « L’Europe tient de l’association de consommateurs »

****

R.I.P. Adam Zagajewski est décédé il y a trois semaines. En 1979, il quitte la Pologne. Les communistes lui avaient interdit de travailler. Deux ans plus tard, ils ont déclaré la loi martiale pour écraser le mouvement démocratique et le syndicat Solidarnosc. Ce n’est pas un bon endroit pour un poète. Zagajewski a longtemps vécu à Paris (qui s’en souvient ?), puis à Houston et enfin à Chicago. En 2002, il est retourné en Pologne. Il est mort à Cracovie à l’âge de 75 ans.

***

L’ange, Angelus novus, de Klee qu’a acheté Walter Benjamin cache un portrait de Luther ! Un remord ?

***

Des newsletters qui proviennent de libraires allemandes : le choix des libraires, avec une courte recension et pour terminer : les livres à la télévision (des adaptions de livres et les émissions sur les livres) et et les livres à la radio : là, je ne vous dirai pas combien de chaînes ! Il doit y en avoir 14   ! Une par land. Plus les radios nationales.

***

La Postdamer Platz (on est tout prêt du Ministère de la Culture) n’est peut-être pas une grande réussite architecturale (quoique : il y a les bâtiments dessinés par Renzo Piano) Il y a les deux bâtiments de Scharoun (immense architecte !) qui font l’arrière de la place : la Bibliothèque (qui vaut largement la Bibliothèque Mitterrand…) et la Philarmonie (dont l’acoustique vaut ce qu’on a fait de mieux récemment sur Paris). Et bientôt le musée du XXe siècle.
Je crois que le problème à Berlin c’est effectivement l’immobilier : après la chute du mur d’abord la moitié de Berlin (!) appartenait à Lehmann & Brothers jusqu’à leur faillite, racheté par les fonds Berggruen (un des fils du mécène à qui l’on doit le musée Picasso de Berlin). Je connais les rues qui leur appartiennent : superbes. Par ailleurs la municipalité ne s’en sortira pas en inventant des lois sur les Mietsdeckel qu’aucun juriste professionnel n’aurait signé… Ils n’ont qu’à faire des Genossenschaft : comme à Vienne ou même à Zürich. D’ailleurs juridiquement des Mietsgenossenschaft existent. C’est la municipalité qui traine des pieds pour leur vendre un terrain.
C’est un bienfait pour Berlin ce brassage, ce mélange socio-culturel.

La Leipzigerplatz, à deux pas, est pire ! Avec un centre commercial immense  (les Berlinois commencent à se douter que ces centres commerciaux  n’attirent plus personne)…

***

Journée de la liberté de la presse.

***

Etat de l’édition en RFA : de moins en moins d’éditeurs.
Les mesures de financement  de l’Etat:
Verlagshauptsitz in Deutschland.
Rechtlich & wirtschaftlich unabhängig von Unternehmensgruppen
Konzernen oder öffentlichen Einrichtungen.
Der Verlag übernimmt das vollständige verlegerische Risiko und alle anfallenden Kosten (Lektorat, Marketing,  Vertrieb).
Pro Verlag/Verlagsgruppe kann ein Förderantrag gestellt werden.
Schulbuchverlage & Schulbücher sind von der Förderung ausgeschlossen.
Umsatz des Vorjahres unter 1 Mio. Euro.
De 2010 à 2020 : le nombre d’éditeurs allemands a diminué de 18% (2220 = > 1905)

****

Sa famille s’est installée à Strasbourg, venant d’Anatolie, plutôt à Koenigshoffen. Elle a décidé de changer de prénom : « Claire » Koç. Ça fait plus français. Elle dit, que ce qui fait le plus grand mal : ce sont les antennes paraboliques.  En Allemagne, comme ici, les Turcs se nourrissent des chaînes d’Erdogan : ils ne faut pas chercher plus loin. Et en Allemagne les Turcs continuent à voter Erdogan parce que les chaînes de TV turques leur disent que la Turquie est belle. Et les sociologues allemands ne comprennent pas.

***

Die Zeit recherche parmi les fondateurs du journal lesquels étaient liés au parti nazi. Et y en a  : même des journalistes importants, même la directrice du journal. C’est le portrait d’Arendt qui fait la couverture du journal.

***

Les chiens rigolent. Avec leur queue ?
Les chats ne savent pas rigoler.

***

Leçon inaugurale du Collège de France : Littératures comparées de William Marx. Construire une histoire des canons. En garder la mémoire. Exemple : des 32 tragédies antiques qui nous sont connues, aucune, et il y en a pourtant, n’est une tragédie qui se termine bien !

***

Mon imprimeur très très longtemps fut : Darantière. Qui était considéré comme le meilleur imprimeur français. A fait faillite. Ça arrive même aux meilleurs. Et je payais pour qu’il me sauvegarde mes fichiers. Des mails ou des lettres adressées à l’huissier n’ont servis à rien. Je n’ai plus eu qu’à refaire mes fichiers. Et il en reste encore à refaire: Stifter, Simmel, Gontcharov (terminés),…

***

« …der heute aufgrund seiner virtuos gehandhabten epischen Struktur späte Hochschätzung ein der xxxx-Forschung erfährt » Titre de thèse : « Pourquoi les auteurs sont-ils oubliés? : Mécanismes de canonisation littéraire à l’exemple de X et X » « Dans un acte de volonté extrême et désespéré, X écrit maintenant son livre le plus moderne et le plus radical avec le xxxx, qui est aussi le seul roman allemand de l’époque à être sur un pied d’égalité avec les œuvres du modernisme européen. » A écrit son biographe.

***

A Berlin : House of One : sous un même toit, une synagogue, une mosquée et une église (uniquement réformée ?).  Au dessus des fondements d’une église luthérienne, saint Pierre, endommagée pendant la Seconde Guerre mondiale et détruite par les autorités de DDR .

 

***

Les journaux allemands ont des pages réservées (Auktion ou Kunstmarkt) aux enchères des œuvres d’art : la FAZ, la NZZ, Die Welt  et également le journal réservé aux informations économiques (Handelsblatt). Ces pages annoncent ou elles rendent compte de ces enchères. Dans toutes les enchères importantes on trouve actuellement des tableaux d’Artemisia.  Après l’exposition de Londres, la valeur de ses tableaux a décuplé. Rien de tel chez nous !! Y -a-t-il un marché de l ‘art en France?

***

Jean Rottner : Vous n’êtes pas disponible le 20 ou le 27 juin ? Demandez une procuration. C’est ce que laissent supposer les sondages ? Aïe ! Aïe!

***

 

Ah ! Enfin ! Les tractations avec Reed Expo achevées, précédent partenaire prestataire de l’événement Livre Paris, et coorganisateur, le SNE « reprend totalement la main » sur l’organisation de l’événement. Le Grand Palais !  

***

Dans le sous-sol du Nouvel Hôpital Civil de Strasbourg : discussion sur Belval avec un   des grands chirurgiens de la place. Il habitait où se trouvent les bris de l’ancien monument aux morts : la maison la plus grande du village. A-t-il supporté le racisme ? Il est venu de Syrie, la guerre des Six jours, sa mère s’est cachée à l’Ambassade de France. Sa maison avait littéralement explosé. A cause de l’accident. Maintenant il dirige une startup importante. Et il est Professeur de médecine! Le seul qui ait fait l’école du village de Belval!!

***

Les Parisiens qui s’offrent une résidence secondaire dans le Perche alors qu’ils ont la résidence principale à Paris — ils font le contraire de nous : résidence principale à la campagne (Très grande ferme à Belval) et la (minuscule) résidence secondaire à la métropole (dans le Berlin ouvrier) … Je lis actuellement le livre de Sophie Coignard (Quitter la (grande) ville ! ). Egalement le livre de Jean Viard.

***

La structure du Capitalisme allemand ? Les plus grandes fortunes allemandes :
Aldi Sud (épicier !)
Lidl (épicier !)
BMW (Klatten) (rentier !)
Kühn + Nagel (logistique)
BMW  (rentier !)
Aldi Nord (épicier !)
Würth (le roi de la visse et de l’écrou !).

***

Je vous raconterai comment des infirmiers allemands  deviennent  chirurgien… Le ministre de la santé français devrait se poser des questions : le personnel soignant, les infirmières après dix ans de labeurs quittent l’hôpital …

***

 

Marie NDiaye  : « Quand on débarque à Berlin pour la première fois, (…), on peut être effaré par la laideur de la ville. Il n’y a rien qui charme immédiatement. Il faut apprendre à aimer Berlin, cette drôle de ville où on peut être absolument ce qu’on veut, qui on veut. Elle a quelque chose de négligent, de négligé, que j’aime énormément. Une absence d’élégance, dans tous les sens du terme, qui peut déplaire à certains, et qui me va très bien. (Le Monde, 13-14 juin 2021) »

— Pas d’accord !
— P.F. : elle veut dire que par rapport à Paris,  c’est que c’est une ville qui n’est pas collet-monté.
— Ah, oui !  D’accord !

Arno Schmidt (…) hat seine Anerkennung in bärbeißiger Differenzierung gezollt, wenn er die späte Erzählprosa, „das halbe Dutzend der kurz= & gutn 200=Seiter“ anpreist, den Autor im Protagonistengespräch seines opus maximum „Zettels Traum“ aber (wie freilich stets auch sich selbst) als Lektüre von „ner erdrücknden Minderheit“ bezeichnet: „ RAABE – (und der Mann konnte durchaus was!) iss ne Lektüre on the wrong side of 50.“ Und „den ganzen Raabe durch=lesn […] das ‚ss ja eher ne Schtrâfe!“ (zettel 145). In Anspielung zeigt er dabei, was für ein guter Kenner Raabes er ist, hatte doch dieser 1891 einem beflissenen Enthusiasten auf die Frage, welches seiner Werke er ihm zuvörderst zu lesen empfähle, unwirsch die Zumutung von immerhin 68 meist größeren Erzählwerken aufgetischt: „Und da kann ich Ihnen nicht helfen: wenn Sie mir gerecht werden wollen, müssen sie in den sauren Apfel beißen und Alles lesen. Überlegen Sie sich das wohl!“ (Hans-Jürgen Schrader, Wilhelm Raabe. Der Erzähler des poetischen Realismus, in Studien zu seiner avanciert-realistischen Erzählkunst. (?!)

 

— Ç’est écrit en charabias !
– Non, c’est écrit en schmidtien !!

***

••• Elections régionales et départementales. Beaucoup d’abstentions  : les régions sont beaucoup trop grandes, et dans le grand Est, les gens ne comprennent  pas ce que c’est que cette région. Les départementales, on se demande encore à quoi ils servent. Les lobbys ont fait leur affaire devant le bureau de Hollande. Beaucoup plus d’abstentions que les Régionales, rien qu’à Belval : une vingtaine de voix. Et avec des prospectus en dessous du néant ! «Le Conseil Départemental a INVESTI (ah !!?) Aide à la personne : 50 170 514 € (Je croyais que c’était un budget de FONCTIONNEMENT). Ça en dit long ! Monsieur Pierrat, l’élu, n’a plus sa tête !!

***

•••. Vosges Matin : pour le Carnet, la semaine, recense 3 naissances et 14 décès pour Saint-Dié.

***

Elections du Grand Est : Je vais aller voter la liste Rottner : la 2e fois à droite de ma vie; Romani a dit à Filippetti qu’on ne faisait plus de politique comme ça : Filippetti  a invité sa copine Mulhmann à figurer sur la liste: elle est Parisienne ou Strasbourgeoise ?
La semaine passée : les gens de Belval ont voté pour les départementales à 30% et les régionales à 46%. Pourtant c’était le même bureau de vote. Le prospectus de la droite départementale prétends qu’elle investi (??) pour les aides à la personne. Qu’elle investi ? C’est lamentable.

***

On est presque à la fin du confinement : et je me dis que la France n’a pas manifesté de deuil commun pour ceux qui sont morts du covid-19, ou organisé de cérémonies pour ceux qu’elle n’a pas su enterrer ; alors qu’en Allemagne les cérémonies (le plus souvent œucuméniques ou laïques comme la  dernière) furent nombreuses, en présence de Merkel et du Président, Frank-Walter Steinmeier, à la dent creuse (Kaiser Wilhelm Gedächtnis Kirche), à la Cathédrale réformée et à la Maison de la musique sur le Gendarmemarkt, même devant une assistance très clairsemée, et même les deux cérémonies pour les victimes des inondations de l’Ahr.
La France, elle, est fracturée.  De plus en plus.

***

•••. Vosges Matin : pour le Carnet, la semaine, recense 4 décès et 12 naissances pour Saint-Dié.

***

Notre gouvernement est composés de 42 ministres et secrétaires d’États…(!)

***

On va écouter du Monteverdi, demain, à une trentaine de kms d’ici, à l’abbaye d’Autrey, tout près de l’endroit où Alfred Döblin est enterré avec son fils (à Housseras) ; beaucoup d’agents immobiliers mettent sur la plaque du  bien qu’ils avaient négocié «Vendu » — avant  c’était de longs «A Vendre».

***

Le confinement est pratiquement chose passée (à moins qu’il n’y ai de quatrième vague à l’automne ou avant). Le dossier publié la semaine passée par la Fill sous le titre de Le livre face à la pandémie parle peu de l’édition. Sauf  : « les gros en surchauffe, les petits en suivie. ». Et un mot très dur réservé aux libraires. La FILL a fait un était des lieux : en oubliant  une partie : les diffuseurs et les imprimeurs.
Nous avons peu publié : je crois qu’on a eu raison. Mais nous avons réfléchi : une nouvelle collection de semi-poche à rabats va naître.  Une discussion avec une des responsables de la région Grand Est nous a amené à la conclusion suivante :  les lobbys des éditeurs indépendants n’ont pas existé…

La solidarité sauvera-t-elle un secteur du livre éprouvé par la crise Covid ? (actualitte.com)

Le 24. Juin 1967,  Paul Celan est allé voir Heidegger à Todtnauberg, à la Hutte. Le 25 juin, Arendt se rendit à Todtnauberg voir Heidegger. Le 26 Juin 1967, Heidegger se rendit à l’Université de Fribourg où Hannah Arendt tenait une conférence sur Walter Benjamin. Jamais Arendt ne parla de Celan. Silence.

***

R.I.P. André Tubeuf.

***

R.I.P. Roberto Calasso.

****

Les bons traducteurs ne travaillent jamais seuls. Ils travaillent avec les auteurs qu’ils traduisent. Quand ils ont des questions à leur poser : ils les posent. Claire Malroux avait des questions poser à Dereck Walcott : elle les a posé durant le voyage en train de Paris à Saint-Malo. Patrick Charbonneau avait des questions à poser à Sebald : ils se sont mis à l’ombre d’un tilleul à Avolsheim et l’auteur a répondu au traducteur un après-midi entier. Sibylle Muller traduisant Regina Ullmann avait besoin de renseignements concernant certains helvétismes  : elle a demandé à ses collègues suisses sur la plate-forme de traducteurs de l’ATLF de lui donner ces renseignements. Les mauvais traducteurs ne traduisent pas ce qu’ils ne comprennent pas (Eh ! oui, même un « très bon » connaisseur de Kafka…) ou ils traduisent en charabias et c’est pire…

Hannah Arendt : « Le sujet idéal du régime totalitaire n’est pas le nazi convaincu ou le communiste convaincu, mais l’individu pour qui la distinction entre réalité et fiction, entre vrai et faux n’existe plus ».

Florian Philippot croit-il en ce qu’il dit : sans doute pas. C’est pire, alors…

***

« Sauf quelques exceptions bien connues (on peut citer le vin par exemple), les biens de consommation se déprécient avec le temps. Les entreprises qui conservent une partie de leur production en stock pendant plusieurs années doivent donc traduire cette perte de valeur dans leurs comptes. Des règles extrêmement précises sont définies dans le plan comptable applicable à l’édition. En premier lieu, les règles comptables fixent la durée de vie normale des ouvrages en fonction de leur genre. Les textes en vigueur distinguent trois catégories de livres… » (Sur le site d’Occidanienlivre).

Le stock : plus y il a de livres et plus le stock vaut cher. Qui est-ce qui a dit ça : le responsable financier de la Drac  à l’Inspecteur des impôts d’Epinal ?! Eh oui !! C’est fou !!

Google Analytics: me disait qu’on avait beaucoup regardé  mon site avant la visite de l’Inspecteur des impots, comme le ferait un enseignant,  régulièrement depuis Thionville. Pourquoi Thionville ? J’ai gardé l’IP. Il vaut mieux partir !

***

Miriam Cahn (à Bâle ou à Stampa)

Stampa est le petit village où vivait Alberto Giacometti, dans le Canton de Vaud,  où a été faite la photo du peintre faisant le portrait de sa femme que Pierre Pachet aimait beaucoup.

***

Nous avons enfin la fibre ! Vous pouvez causer avec nous !

***

Joe Biden : le discours de l’autre soir sur l’Afghanistan. L’acte de naissance de l’isolationnisme américain.

***

Adieu. Jean-Luc Nancy. Merci. De tout cœur.

Souvenir : je revenais de Danzig, et me retrouvais à Berlin, dans les années 80. Les petites vacances d’automne. J’avais demandé à Jean-Luc Nancy si je pouvais assister à l’un de ses cours qu’il faisait à Berlin. Oui, bien sûr ! Je me mis donc à la recherche de l’Institut de philosophie de la Freie Uni. Je le trouvais : une grosse bâtisse du début du siècle. Bourgeoise. Dans la quartier huppé de Dalhem. Près du Jardin Botanique. Dans une pièce, Nancy faisait un cours sur la Souveraineté dans la philosophie du droit de Hegel. Le public devait être en 4e année de fac (huitième semestre !). J’ai gardé de cette après-midi le souvenir de Jean-Luc Nancy parfaitement bilingue. Et d’un public vif, intelligent, subtil, intervenant durant l’heure réservée aux questions. Est-ce de là que date sa vision de l’Université française ?

La dernière fois que nous sommes allé à Baden-Baden : nous y sommes allé pour voir l’expo des Impressionistes russes au Musée Burda. Une demie douzaine de très beaux tableaux. Dont celui du père d’une de nos traductrices.  Très facile d’accès : on achète une place par internet, et à l’entrée on remplit une fiche nominative. Il y avait énormément de monde. Sans doute parce que ce n’est pas de l’art contemporain : Chagall  ramène plus de monde qu’une exposition G. Richter. J’avais très envie d’aller revoir la maison de Pierre Boulez; je sais où elle est. Une très belle maison du début du XXe siècle.  Je sais qu’elle est en vente (malgré le prix modique — pour ce qu’elle est !). J’avais regardé la version internet d’un magazine pour disques durant le printemps. Dans le  web.2. d’un article sur Boulez, un lecteur avait proposé que l’Etat français rachète la maison et la transforme en musée. C’est que le lecteur n’était pas au courant des rapports de pouvoir qu’il y a au Ministère : Boulez mort avait encore plus d’ennemis que d’amis !
J’ai dû être à Berlin le jour du décès de Frieder Burda, c’était le 14 juillet 2019 (moi qui ne retiens pas les dates, celle-là je la retiens !). Je lisais régulièrement la FAZ,  j’ai du lire la page du carnet avec ses avis de décès dont celui concernant Frieder Burda : « Es gibt nichts, was uns die Abwesenheit eines lieben Menschen ersetzen kann. Aber die Dankbarkeit verwandelt die Qual der Erinnerung in eine stille Freude. Man trägt das vergangene Schöne nicht mehr wie einen Stachel, sondern wie ein kostbares Geschenk in sich. » (Bonhoeffer)

***

L’institut Montaigne : est contre le Collège unique… ! Il paraît que notre ministre en était membre.

***

Kurt Marti pourrait faire un bon « poèmes d’amour » ? Et John Donne ? ce serait une véritable présence dans l’édition française.

***

La collection de textes théâtraux est mise à l’écart pour l’instant.

***

Je reçois un mail de Reclam : l’adresse est à Ditzingen. Pas à Stuttgart mais à Ditzingen !! Dans la cambrousse !! A Senones et non à Saint-Dié-des-Vosges !! Je rigole !

 

Un cours de Raymond Aron : « Comment peut-on juger des actes de gouvernement. Sans doute, pas par le droit ! »

Jean-Éric Schoettl: « La mise en examen d’Agnès Buzyn pour sa gestion du Covid met en péril l’action de l’État »

***

« Das Odfeld hat gerade genug Handlung , um zu beweisen, daß Raabe notfalls mit einer Handlung fertig werden konnte ». (Fairley)

 

***

Offenburg -Berlin en train en 5 heures 44 ou 6 heures 52…
[Lyon-Paris : 2 heures…]

***

D.P. me raconte qu’arrivé à l’aéroport de Berlin, à Tegel, la fille qui vient le chercher lui raconte qu’elle a fait ses études à Paris, mais qu’heureusement elle est de nouveau à Berlin, et qu’elle vois de nouveau le ciel

 

Navid Kermani : « Il est quasiment impossible d’associer Angela Merkel à une conviction ou à un programme qui aille au-delà du pragmatisme […] Sans cesse, elle a pris des décisions dans des cercles informels, puis a mis devant le fait accompli le Bundestag – qui représente tout de même le peuple allemand – ainsi que les organisations européennes. Il se peut, notamment à Bruxelles, qu’il n’ait parfois pas été possible de procéder autrement. Certes. Reste que l’idée d’essayer de réformer les institutions là où elles entravaient l’action ne lui a probablement jamais effleuré l’esprit. » (Die Zeit).

***

« Angela Merkel n’a fait que s’adapter aux changements sociétaux » (Ursula Weidenfeld)

***

Je dois allez me faire opérer au CHU de Strasbourg. Le médecin m’avait dit que c’était urgent, que ça ne pouvait pas attendre l’automne. Cela fait quatre mois que j’essaye de téléphoner  : je tombe sur la boîte vocale. Je laisse un message. J’ai décidé de changer de clinique : j’ai très mal. Mais il me faut mes documents de scan; elles ont été faites à l’hôpital de Saint-Dié et on les retient au CHU. Je téléphone à mon médecin. Qui me dit qu’elle sait de source sûre (X est DRH au CHU) qu’il y a 250 soignants au CHU qui ne veulent pas  se faire vacciner et qui sont renvoyé chez eux. La chose n’est pas connue du public : personne n’en parle. Ni journaux (DNA) ni télé.

 

***

 

***

Ai Weiwei: « Deutschland ist die 33. Provinz Chinas ».

***

Plus de 216 000 victimes  en 70 ans : les chiffres choc de la pédophilie dans l’Eglise de France (avec 3000 prêtres prédateurs sexuels ?). Je crois que ces chiffres sont largement sous-estimés (moi-même j’en connais sept : et qui n’ont pas été interrogés). Je ne suis pas aussi sûr que Luc Ferry sur Radio Classique, ce matin, que le mariage ne résoudrai pas pour une part le problème. Et que le célibat, l’immaturité sexuelle ne seraient pas le fond du problème ??

***

« Sexistisches Ärgernis oder männliche Frauenbewunderung? Die weibliche Nacktheit ist eine Konstante in unserer Kulturgeschichte. Was steckt hinter dieser Fixierung auf die Blösse der Frau? »

***

Dans la Grand Rue, devant notre maison : plus aucun camion ne passe. Il passent tous par Saales. A la queleuleu. Souhaitons qu’il y ait encore beaucoup de travaux à Moyenmoutier ! Et que, la route soit longtemps fermée aux Poids Lourds.

***

J’ai reçu ce matin un colis de Francfort affanchi à 7 € (et par la Deutsche Post). Si j’avais à envoyer le même paquet à Francfort, je payerai 12 €. Allez comprendre !!

***

J’ai déniché l’adresse d’Arendt à Berlin, plutôt à Potsdam du côté de Babelsberg (Moritzstrasse). Un petit une pièce qu’elle occupait seule avec son mari Günter Stern (le futur G. Anders). (J’étais étonné que Denis Thouard connaisse l’adresse de Simmel à Strasbourg ; et il m’a  montré : dans la correspondance de Simmel il y avait son adresse en tête des lettres, en lieu et la place de l’expéditeur : Pour Arendt aussi c’est l’expéditeur d’une lettre à Jaspers !)

***

Au milieu du wagon. En face de moi. Un couple. Bien quatre vingt ans chacun ! Lui, habillé d’un pantalon en velours côtelé vert, et d’une chemise col mao, verte également. Triturant son smartphone. Va chercher la FAZ pour la lire, au bout de la rame. Il lit un article sur la situation politique à Taïwan. Puis un autre sur la situation économique de France illustré d’un portrait de Le Maire. Elle, un pantalon gris et une chemise grise. Je verrai après, une redingote grise. Elle lit un insel taschenbuch que je reconnais au  logo sur la quatrième de couverture. Et s’émerveille de certains mots. Qui peut être l’auteur ?

Je me prends également la FAZ, la partie culturelle (Feuilleton). La foire du livre de Francfort : que va-t-elle devenir ? En page une un long poème de Tadeusz Dabrowski, Satz (Phrase), traduit par la grande traductrice de poésie polonaise Renate Schmidgall. Et une page entière sur la littérature pour enfants (Kinder und Jugendbücher) (page deux).

Une pub en page 3 pour une émission de télévision: « Schalom et Hallo : 1700 ans de vie juive en Allemagne ». Ce soir à 20h15 heures sur la première chaîne. Je n’ai pas aimé.

La désindustrialisation : disait-on cela il y a dix ans ou quinze ans ? Non, on parlait du capitalisme monopoliste d’Etat !!

***

Boubacar Boris Diop : Prix Neustadt de littérature 2021. (Vaux mieux que le Nobel !!)

***

1. Qu’avez-vous appris pour la vie pendant vos études ?
2. Comment avez-vous gagné votre premier argent ?
3. À quoi ressemble une journée réussie dans votre vie ?
Au travail.
4. Que continuez-vous à faire ?
A travailler
5. Que pouvez-vous supporter avec humour ?
6. Un gros « presque » dans votre vie ?
7. Les plus beaux endroits au monde, le plus bel endroit à Berlin ?
Les plus beaux endroits du monde : Ia sur l’Île de Santorin les îles Borromées et la Côte lycéenne (qui est bien plus belle que la côte Amalfitaine). Quant à Berlin : je ne sais pas.
8. Quels trois fantômes aimeriez-vous inviter à dîner ?
9. Quelles qualités appréciez-vous le plus chez les gens ?
10. Votre petit sujet de conversation préféré ?
11. À quelle illusion aimez-vous vous adonner ?
12. Avec qui aimeriez-vous changer de place pour une journée ?
13. Votre librairie préférée ?
Celle de la Literaturhaus, Fasanenstrasse
14. Votre musée préféré ?
Le musée des beaux-arts de Bâle : à cause de la façon dont ils ont acquis les Picasso au début de la guerre et d’un chef d’œuvre qu’ils avaient depuis très longtemps, le Christ mort de Holbein.
15. Le meilleur livre que vous ayez lu l’année dernière ?
Ne sais plus !
17. Un livre qui a changé votre vie ? 

Ce contenu a été publié dans Non classé, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.