Marronniers (IV)

« Nous journalistes, appelons “ marronniers ” des sujets en forme de roues de secours que nous traitons lorsque l’actualité nous laisse en plan. La politique a ses marronniers. »  (Philippe Alexandre)

***

Un concours de traduction. Comment traduit-on des lettres d’amour ? Organisé par la Fondation des traducteurs, l’Institut français et la FAZ. L’objet : deux lettres d’Apollinaire à sa compagne Louise de Coligny-Châtillon. La meilleure traduction sera publiée dans la FAZ et dotée d’un prix de 2000 €.

https://www.uebersetzerfonds.de/#27/uebersetzungswettbewerb

***

« Suite à l’article publié dans Il Fatto Quotidiano, aux nombreux amis et amis de MicroMega, et aux journalistes qui m’appellent en ces heures, je peux vous assurer que MicroMega continuera à vivre, et qu’avec les éditeurs et collaborateurs nous étudions déjà les moyens de ne pas interrompre la continuité de la publication, même si le numéro qui sortira jeudi 17 décembre prochain, un almanach de philosophie dédié à la biopolitique, sera le dernier publié par GEDI. Paolo Flores d’Arcais »

Quelles en sont les raisons  ? Peut-être deux grandes revues européennes (Le Débat et MicroMega) qui disparaissent?

***

Le stockage de livres nous coûte très cher ! Il faut donc déstocker. Tant pis…

***

RIP. Antonin Liehm.  Pourquoi : parce que Lettre internationale publie une traduction d’une interview de Jean-Luc Nancy faite par un psy italien dans son édition allemande ! Pas de nécro dans le Monde ? C’est lamentable.

Pardon : si, la nécro est publiée (le 17 décembre).

***

5 livres à lire durant les vacances de Noël, dans un journal berlinois… 5 Berlin books (and a mag) for the holidays. Christmas lockdown: What better time to read – and give something to read? A few Berlin suggestions. In English, naturally.

***

« Giscard n’avait rien pour nous plaire. Nous étions nés dix ans après cette guerre qu’il avait faite, engagé volontaire de 18 ans, au 2e régiment de dragons, qui lui avait valu la croix de guerre et qu’il n’évoquait pas. On ne parlait guère de ces choses. En ces temps-là, on était vaillant comme on est aujourd’hui automobiliste, dit drôlement Giono dans Le Désastre de Pavie. Et puis les héros et les simples combattants avaient connu des fortunes diverses, l’oubli, la correctionnelle, les maroquins ou l’Académie française… ».

***

Maximov — Salzman  — Gor : wie viele solche Mehr-oder-weniger-Überlebende… (Polina Barskova). Salzman : Les Chiots. Superbe. Mais on ne traduit pas un livre non- terminé !?

***

Phllippe Lacoue-Labarthe faisait un cours sur Walter Benjamin. Sur la philosophie du langage. Il se servait des deux volumes parus aux Lettres Nouvelles et traduits par Maurice de Gandillac. Traduits : il faudrait mettre quatre guillemets, tant ce n’était pas une traduction. C’était du n’importe-quoi. Et il nous le montrait sur des passages très précis en démontant le texte et en nous montrant qu’il y avait vraiment, vraiment, rien à comprendre du texte de Gandillac !

Je suis allé à Gdansk durant des vacances universitaires. Avec une halte à Berlin. Où j’habitais Bleibtreustrasse (Rue Reste-fidèle) dans la maison où logeait autrefois  Mascha Kaléko. J’en ai profité pour suivre un cours de Jean-Luc Nancy à la Freie Uni. Il commentait les paragraphes de la Philosophie du droit de Hegel sur la Souveraineté. Je découvris Jean-Luc Nancy parfaitement bilingue ! Ce n’est que plus tard que j’ai appris qu’il avait été à l’école allemande à Baden-Baden : son père étant ingénieur militaire dans les FFA.

***

Le mardi, je l’accompagnai quelquefois déjeuner dans une winstub sur les quais de l’Ill. Julien Freund faisait cours et il repartait à Villé (où contrairement à ce que certains parisiens peuvent dire : vivaient plusieurs universitaires ! Ce n’était pas, et ce n’est pas,  un désert intellectuel !). Il lui est arrivé de traduire des textes très importants, des textes majeurs du XXe siècle. Mais il a toujours traduit à quatre mains.

[Si, la proximité de Freund, vous inquiète vous devriez vous posez des questions sur mes engagements politiques ou syndicales : Le MARC, la CFDT parmi les étudiants. Il faudrait que je raconte aussi ce qu’était un séminaire de DEA de socio (que je fréquentais à cause de conseils de Lucien Braun) : les étudiants, beaucoup  d’Africains.]

****

« Bücher kann man zum Glück auch im Lockdown bestellen, denn viele Buchhandlungen liefern Bücher nach Hause. », Tell. Cf. l’article de Pascale Hughes ( Marronniers (III)).

***

Luk Perceval monte un spectacle au Berliner Ensemble (une adaptation scénique de Feuchtwanger : Exil). J’espère que je le verrai. Jon Fosse me disait qu’il n’a pas trouvé meilleur metteur en scène de ses pièces que Perceval. Un très grand metteur en scène. Perceval n’a  jamais travaillé en France, en Suisse, si (à Genève). Play Shakespare était un très beau spectacle. Sur le site du Berliner Ensemble ils passent en streaming  Mère Courage avec Hélène Weigel dans une mise en scène de Brecht.

C’est la fin de l’époque du post-dramatique  (Hans-Thies Lehmann) qui s’annonce. Le théâtre reprends ses droits.

***

Un ami  passe sa retraite à Bordeaux. Il s’installe à Bordeaux  et achète immédiatement  des guides touristiques concernant le Bordelais. L’Aquitaine, la Dordogne: des terres d’immigration. C’est ce que tous les guides disent ;  c’est vrai, les Hollandais d’abord (je connais une dramaturge néerlandaise), les Anglais ensuite, des Anglais qui n’ont pas eu le droit de voter pour/ou contre le Brexit.

****

La mise en scène de Garrone  du  Conte des contes passe le 22 décembre sur Arte : Amazon et ses algorithmes « savent » déjà : ils en ont commandé avant tous les libraires. Comment font-il ?

***

S.M. me dit que F.M.et sa femme habitent Berlin maintenant. Je lui dis que C.O. a également un appartement à Berlin. Vu le quartier, F.M. a dû l’acheter quand un grand appartement berlinois coûtait le prix d’un petit huitième de place de parking à Strasbourg ! Ce sont de très bons traducteurs.
Dans l’Express : Les Français vus de l’Etranger. Jean-Claude Juncker  : « En dépit d’une longue amitié franco-allemande, je note chez mes amis français un non-savoir béant à l ‘égard de leur voisin allemand. »

Ce contenu a été publié dans Non classé, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.