« J’ai besoin de vérité et d’aspirine »

C’est un marronnier ! J’ai mis comme titre à ce marronnier, tiré d’un essai de Pessoa : « J’ai besoin de vérité et d’aspirine ».

***

Il faut que je maigrisse : je ne veux pas que ma femme ait un supplément à payer pour ma crémation… Youssef Ishagphour m’avait « interdit » de passer un temps à Berlin pour maigrir, pour marcher dans la métropole (et travailler aussi, bien sûr, à la Saarbrückerstraße). Je n’y suis donc pas  allé  : pourtant ce trimestre-là il ne s’est rien passé.  Et j’ai continué à grossir. Maintenant c’est mon médecin — mon angiologue – qui crie à l’obésité mortifère…

***

La presse française va très mal : c’est Médiapart qui leur donne le laUn organe de presse est « une institution incapable de faire la différence entre un accident de bicyclette et l’effondrement de la civilisation » (Shaw).

***

La poste augmente encore ses tarifs. Stupide ! Je vais finir par envoyer mes Services de presse de Berlin !!

J’ai reçu un envoi de Berlin hier : envoyé par la Pin Mail AG qui est une société postale  privée qui fonctionne sur Berlin, avec quatre cents boîtes aux lettres et qui vous propose le même service que la Deutsche Post qui pour certains envois est déjà nettement moins cher (elle fait notamment un tarif LIVRES) que la poste française. Seulement voilà : PinMail  fait des tarifs 20% moins chers. Et des tarifs livres 20% moins chers que la Deutsche Post…

Comment vous expliquez ça : la poste française a un surpoids de personnels (- des directeurs de , – des sous-directeurs, – des  sous-sous-directeurs…) qui grève assez son budget… et une banque qu’il faut renflouer ?

Je lis les journaux en retard d’une semaine : « François de Rugy. Des révélations jusqu’à l’indigestion » Sur trois colonnes de Libé. Ecœurant ! Voilà pourquoi nous nous désabonnons.

***

On m’envoye une interview parue en français dans la Lettre de Taïwan, une interview de Chen Yuhong, poétesse de Taïwan que Circé vient de publier. Et qu’a très bien traduit Marie Laureillard. En plus d’être poète, Chen est également traductrice et elle traduit le meilleur de la poésie féminine anglo-saxonne car : qui connaît Louise Glück ou Carol Ann Duffy (qui était en résidence à Berlin l’an passé) et qui sait que Margaret Atwood est également poète et pas uniquement romancière… ? Personne !

****

 

La plus belle (et de loin !) librairie de Fribourg en Brisgau ferme ses portes le 31 décembre 2019. La librairie zum Wetzstein : après 41 ans de service. Des libraires inventifs, créateurs et un peu snob (la moquette épaisse par terre, les gros tapis sur du parquet ciré superbe…)! Pour faire tourner le fond : ils demandaient aux grands écrivains qu’ils connaissaient (G. Grass, Herta Muller, Sebald, Canetti, Peter Huchel…) de faire une liste des livres préférés et d’écrire quelques mots sur eux et ils exposaient en vitrine le livre accompagné de ce petit mot. Ainsi Sebald l’avait fait avec Hebel et le libraire en avait vendu 500 ! C’est une librairie qui marche très bien : pas un euro de dettes ! Et pourtant elle ferme…

https://www.zum-wetzstein.de

Il y a une librairie à Palma de Majorque qui a « copié » la librairie zum Wetzstein : La Bibliotheca de Babel (c/Arabí nº3 ) dans la vieille ville de Palma : où les livres sont également accompagnés de petits mots en vitrine rédigés par de grands écrivains espagnols ou catalans.

***

« Das hatten wir auch bei Adorno gelernt » : les journaux allemands parlent d’Adorno à cause du cinquantenaire  de sa disparition. Sa dernière promenade à Zermatt et son amour des montagnes. De la publication  bienvenue d’un texte  sur le radicalisme d’extrême droite, sur l’extrême droite. Mais qui en France pourrait dire:« Das hatten wir auch bei X gelernt   » ?

***

Discussion pendant le déjeuner avec L.B. au restau grec près de Saint Sulpice :  les conseils de lecture que  les profs de khâgne peuvent donner à leurs étudiants  ; les profs de fac idem. Henri Vergote nous avait parlé, au détour d’un cours sur Hegel, d’un essai de Michel Serres sur La Fontaine (dans Hermès). Je suis sûr que par la suite les librairies strasbourgeoises en ont vendu une tapée. Jean-Luc Nancy nous avait parlé de Karl Barth et de Roland Barthes, nous disant beaucoup de bien du premier (beaucoup moins du second: si, si !) et de son Essai sur l’Epître aux Romains (que même Löwith plaçait très haut) ainsi que son petit livre sur Mozart. Et Lucien Braun lisait Castoriadis et nous le conseillait (c’est là que j’ai commencé à lire Socialisme ou Barbarie et j’avalais ensuite les premiers numéros de Textures). Aujourd’hui : les profs ne donnent plus de conseil de lecture. Pas d’autorité pour cela.

***

Je suis européen fédéraliste  et je suis pour une décentralisation accrue en France. Bo Jo (Boris Johnson) est un personnage de PG Wodehouse !

***

Pour saluer Michel Serres. Parmi les nombreux articles, seules deux nécros dérogent à l’exercice convenu : Frédéric Worms (dans Libé) et Bernard Henri Levy (dans le Point). Deux personnes qui se rappellent le « méchant homme qu’il fut » aussi. Je me rappelle : Michel Serres en robe de chambre après que Derrida se soit fait emprisonner à Prague pour consommation de cannabis (!). Il y allait  pour faire de la philosophie : une intervention au séminaire de Patočka. Ce qui déplu au pouvoir communiste en place.  Et ce que Serres raconta à sa façon devant les caméras du Journal télévisé : ignoble. Il me déplu ce soir là et dans le ton et dans le contenu. L’autorité de Vergote était tombée dans le caniveau.

***

On commence à prendre un certain âge  : on lit Le Monde à l’envers, en commençant par le carnet du Monde, par les annonces de décès.

***

Lecture du Livre-Hebdo allemand (Le Boersenblatt) : interview d’Iris Radisch (qui dirige les pages littéraires de Die Zeit) sur la critique littéraire. Il faut contextualiser, qu’elle dit. Qui sait faire ça ? Certains comparatistes.  Les problèmes sont les mêmes que chez nous. Dans Le Monde : Comment les libraires s’adaptent à la surabondance des titres ? C’est les éditeurs qui doivent publier moins…

***

Samedi après-midi. Après avoir écouté le concert annuel de l’orchestre de l’Opéra de Berlin  (direction Daniel Barenboïm), à la Bebelplatz, cet après-midi suis allé au cinéma aux Hackesche Höfe voir Sunset de Nemès. Je vais rarement au cinéma. Encore plus rarement à Berlin. La dernière fois, c’était pour voir Sokourov (Faust).

***

Promenade le long du Wannsee (pour me faire perdre du poids – je m’y promènerai fréquemment cet automne !). Du côté de la tombe de Kleist, jusqu’à l’Île aux Paons… L’immense Villa Liebermann: où l’on expose les œuvres de Liebermann et celles de Lesser Ury (ils sont strictement contemporains) : Ury fait remonter les jupes des femmes et remplace les voitures à cheveaux du Tiergarten par des feux de voitures sous la pluie un soir sur la Bülowsstrasse. En hauteur, sur le pont, on voit une rame de U-Bahn circuler. Toujours étonné par la grandeur de cette Villa… pour 3 personnes (le couple Liebermann et leur fille)… la première du quartier qui jouit d’un jardin potager ! Je vais me promener au cimetière, et je me rappelle avoir lu quelque part que ce cimetière était juif et chrétien sans carré dédié à l’une ou l’autre religion, le premier dans l’histoire. En effet, au centre de la croix qui est à l’entrée, est sculptée une étoile de David. Et les tombes juives avoisinent  les tombes chrétiennes.

***

On vient de recevoir le 42ème courrier et le troisième chronopost (depuis le début de l’année) qui ne nous était pas destiné. Merci la poste !

***

« Pünktlich zum Erscheinen unserer Buchtipps, wieder online und in gedruckter Form, laden wir Sie zu drei zusätzlichen Stöber-Stunden bei uns in der Buchhandlung ein. Mit einem Glas Prosecco und salzigem Gebäck lässt sich entspannt über die passende Ferienlektüre plaudern! Wir freuen uns, wenn Sie dieses Mal auch wieder dabei sind. »

Il faudrait reparler de cette librairie, Jos Fritz à Freiburg: en bas à gauche la Ministre d’Etat de la Kulture (Kulturstaatsministerin Grütters) à l’occasion de l’attribution du Buchhändlerpreis :

 

***

Michel Guérrin dans un article du Monde sur la  « festivalite » contemporaine  cite Yves Michaud qui écrit que jamais on ne verrait de « l’avant-garde » dans des festivals ! Veux-t-il que je lui cite les sommaires de certains festivals de théâtre de Nancy ? Jack Lang avait une équipe de véritables scouts (qui n’existent plus : ils sont décédés)… C’est une autre époque !

***

R.I.P. Frieder Burda. Sur l’annonce mortuaire (la «Traueranzeige ») de la FAZ : « In großer Liebe und Dankbarkeit nehmen wir Abschied… »

***

Beyeler prépare une exposition Goya. La plus importante à l’extérieur de l’Espagne. Une centaine de tableaux. Le Kunsthaus de Zürich fait une exposition sur  «die Stunde Null » (1933-1955). J’ai commandé le catalogue.

Je lis Jean Clair (Journal atrabilaire) et Judith Shklar, notamment les articles sur Hannah Arendt, intelligents, subtils,  (« Hannah Arendt as pariah ») et sur la question politique de l’émigration (elle est de Riga). Il faudrait en France un véritable éditeur scientifique de ses œuvres. Comme en Allemagne. Pas comme aux States. Ah non ! Et qui publie les nombreux inédits. 

J’ai demandé à cinq ou six philosophes (dont des philosophes libéraux) français s’ils connaissaient son nom : ils m’ont dit « non » !

***

Je lis ou relis les articles de Pascale Hughes. L’essai où elle compare le bâtiment de la  Bundesregierung (Tag der offenen Türet celui de l’Elysée (Journée du Patrimoine).

 

Je lis Bernhard Schlink : Olga. Le premier texte littéraire à « évoquer » le génocide de Namibie.

***

R.I.P. Agnes Heller. « Agnes Heller c’était Lukacs et Arendt. La fête de l’esprit et la mémoire de la Shoah. L’Europe au cœur et la détestation du nationalisme. La politique comme champ d’étude et la philosophie comme champ de bataille. De tous, face à Macron, ce jour-là, elle était la plus ardente. »,  BHL

***

Un livret touristique a été fait pour la région du Kaisersthul (la Toscane allemande) : avec notamment  les lieux où vous pouvez vous sustenter (restaurants, buvettes,…)  ; dans le même livret : la région de Sélestat…

***

Nath.  a des élèves qui ne connaissent pas l’usage de la conjugaison (En 3e : «je mangea»). Au mieux qui sont dysorthographiques. Qui ne sauront pas s’orienter dans le temps… La raison: une conjugaison s’apprend, des règles ça s’apprend. Quant au prof du primaire qui n’a pas le droit de filer de  devoir !

***

Je viens de recevoir la liste des nominés pour le Prix Neustadt  de cette année.  Ce prix est considéré comme le Prix Nobel américain. Il est plus sérieux : surtout ces dernières années. Pas de Dylan ! Et généralement, les nommés au Neustadt Prize, ont également,  quelques années après, le Prix Nobel (Milosz, par exemple, a les deux prix). Il y a certains des récents – Duo Duo, Ugresic, Zagajeswski – qui, attendent encore, et que je trouve largement mériter le Nobel. Sont nominés notamment cette année: Jorie Graham, Emmanuel Carrière et last but not least, Ismail Kadare. Qui pourrais-je avoir envie de publier : Jorie Graham,… car elle vit en Normandie!

***

R.I.P. Peter Hamm. Sur Regina Ullmann, il a écrit un texte splendide. « Er war einer der letzten großen Literaturkritiker » (!) : c’est le titre de sa nécrologie dans Die Welt. Qu’est-ce que ça signifie : qu’il n’y aura plus de grand critique littéraire en Allemagne ?

***

Une nouvelle librairie à Schirmeck : La Lisette. Souhaitons lui bon vent.  Et d’avoir de meilleurs rapports avec la Drac Alsace que la prédécente librairie de Schirmeck ! Ça ne doit pas être difficile ! Et une très belle librairie à Gérardmer.
La page internet pour Schirmeck : www.lalisette.com

****

 

Je lis « September 1, 1939 » d’Auden (sans doute le plus grand poète du XXe siècle) dont il ne voulait plus entendre parler (à cause d’un vers) et qu’il n’a jamais voulu republier après la première publication dans The New Republic. Sur un des très grands poèmes sur les débuts de la Deuxième Guerre mondiale (le seul ?), Ian Sansom a publié : September 1, 1939: A Biography of a Poem, 4th Estat ! La biographie d’un poème ? Voyons !
Y-a-t-il des poèmes sur la chute du Mur de Berlin ?

 

Fin du marronnier ! Je reviendrai à la fin de l’année ! Peut-être !?

Ce contenu a été publié dans Non classé, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , , , , , , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.