Un marronnier…(CL)

En journalisme un marronnier est un sujet de peu d’importance : par exemple les nouveaux franc-maçons dans la fonction publique, le marché de l’immobilier, les meilleurs hôpitaux à travers la France… ou l’état de l’Académie française, les meilleurs résultats aux baccalauréat dans les lycées de France.


L’Académie française se fait houspiller ces jours-ci : d’abord très violemment par le New York Times  et deuxièmement par les recalés: notre ancien Ministre de l’éducation nationale, qui  est au nombre des recalés. Qui ne trouve pas mieux à dire dans un article du Figaro que quand il pense à l’Académie, « académisme » lui vient immédiatement à l’esprit. Ce qui n’est ni très gentil ni très laudatif !

Luc Ferry ne sera pas au nombre des Immortels…  

Les Allemands ont l’Académie allemande de langue et de poésie à Darmstadt : parmi ses membres il y a des Français (Jean-Marie Valentin, Georges-Arthur Goldschmidt et Claire de Oliveria qui prend ses déjeuners le dimanche à l’Elysée…). C’est celle qui décerne chaque année le célèbre prix Büchner. Il y a une Académie bavaroise (La Bayerische Akademie der Schönen Künste) : beaucoup d’étrangers — surtout pour une académie bavaroise ! Berlin a aussi son Akademie der Künste : celle-ci compte également beaucoup  d’étrangers.  

Il y a bien une Académie d’Alsace : mais pour en être, il faut d’abord être alsacien !  Parbleu !



***


Samedi matin. Le marché de Barr. Je passe entre les étals. Et j’entends trois Allemands qui achètent leurs fruits et légumes pour le week-end. Ils  parlent allemand avec les marchands et les marchands répondent en alsacien. Ils ont leur villégiature de ce côté du Rhin. Comme des Strasbourgeois sont allé vivre dans les grandes maisons bourgeoises de Kehl.

Ce contenu a été publié dans Non classé. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.